Un chiffre d’affaires de 4 M$ pour 8 corporations

Un chiffre d’affaires de 4 M$ pour 8 corporations

ÉCONOMIE SOCIALE.Les huit corporations communautaires effectuant des contrats de coupe de bois dans autant de municipalités sur le territoire de la MRC de Maria-Chapdelaine ont présenté un chiffre d’affaires totalisant 4 174 000$ l’an dernier, une somme totalement investie dans le milieu.

Le coordonnateur de l’Agence de gestion intégrée des ressources (AGIR), organisme qui offre les services professionnels à ces huit corporations, M. Michel Bouchard, précise que les huit corporations sont administrées par plus de 60 bénévoles qui permettent à plus de 108 travailleurs d’occuper un emploi bien rémunéré et orienté dans l’exploitation des ressources. « Le caractère communautaire de ces corporations fait en sorte que les profits sont réinvestis dans le milieu. Pour la seule année 2014, on évalue à 543 000$ ce qui a été retourné dans des projets ou organismes communautaires oeuvrant dans les municipalités du secteur », commente Michel Bouchard.

Il aura fallu plus de 20 ans à ces corporations pour développer leur réputation d’entreprise fiable et professionnelle dans l’exploitation forestière. Le maire de Saint-Thomas-Didyme et président du Comité forêt de Saint-Thomas, M. Denis Tremblay, précise qu’au début les relations avec le principal donneur d’ouvrage, soit PFR, quoique cordiales, étaient empreintes de scepticisme. « On nous demandait si on pourrait livrer à temps le travail demandé », confie M. Tremblay, soulignant que non seulement le travail était rendu, mais dans des temps records et avec une qualité au-delà des normes.

Corporations

Les huit corporations forestières sont celles de Saint-Thomas Didyme, Saint-Edmond-les-plaines, Girardville, Saint-Stanislas, Notre-Dame-de-Lorette, la CAFN, ARDU, et celle de Sainte-Élisabeth-de-Proulx. « Au cours des deux dernières années, le chiffre global d’affaires des corporations a connu une forte augmentation en raison des travaux de coupe dans les secteurs infestés par la TBE », souligne Michel Bouchard.

Dans leurs interventions, qui se réalisent près des municipalités où sont originaires les corporations, le travail de coupe ou encore d’aménagement de la forêt tient compte des autres utilisateurs de la forêt. « Nous intervenons en tenant compte des besoins des chasseurs, des pêcheurs et villégiateurs, en respectant leur territoire, » mentionne le maire Denis Tremblay, précisant que l’on vit tous ensemble et que les usagers sont aussi nos voisins.

Pour le maire Denis Tremblay et le coordonnateur d’AGIR Michel Bouchard, le travail réalisé par les corporations c’est en fait l’exploitation forestière dans un contexte de forêt de proximité sans en avoir les contraintes. « Nous faisons des profits qui sont réinvestis dans le milieu en toute autonomie, nous faisons travailler les gens d’ici, et ceci, dans le respect des utilisateurs », concluent les deux intervenants.

À lire également:

 

100 000 mètres cubes de bois infesté par la tordeuse à récupérer

Poster un Commentaire

avatar