Stéphane Leroyer a couru 20 km avec un genou blessé

Stéphane Leroyer a couru 20 km avec un genou blessé
courtoisie Anthoni Rosa

Stéphane Leroyer ne l’a pas eu facile lors de la première édition de la Course CRYO, une traversée du lac Saint-Jean en espadrilles ou en raquettes de 32 km, au profit de la Fondation Sur la pointe des pieds.
Sportif accompli, le Dolmissois a dû abandonner après 20 kilomètres.
« J’ai sous-estimé le temps de guérison de mon genou que je m’étais blessé, il y a plus de trois semaines. Je me sentais très bien au départ de la course, mon chiro m’avait pourtant mis en garde », raconte l’athlète, mordu aussi de vélo et de ski de fond.
Le fond de terrain friable de la surface enneigée du lac Saint-Jean, en raison d’une température oscillant entre -8 et -10 degrés Celsius, a rendu la course très difficile.
« C’était comme un champ de labour. Chaque pas de course devenait de plus en plus laborieux au fil des kilomètres. C’est à partir du kilomètre 12 que j’ai commencé à ressentir une douleur à mon genou, mais à ce moment-là, je croyais toujours être en mesure de terminer la course. Il a bien fallu que je me rendre à l’évidence, la douleur augmentait sans cesse et après 20 kilomètres, j’ai dû me retirer de la course. Ç’a été très dur de prendre la décision d’abandonner », raconte celui qui est aussi copropriétaire d’une boutique de sport à Dolbeau-Mistassini.
Pour sa nièce
Stéphane Leroyer était doublement motivé au fil de départ de la course : aider la Fondation Sur la pointe des pieds et soutenir sa nièce qui lutte contre un cancer du foie.
L’athlète s’était aussi très bien préparé, courant 26 kilomètres dans les semaines précédentes et faisant du ski de fond.
« La course en raquettes sur de la neige molle, c’est autre chose. Ça ne sollicite pas les muscles de la même manière. Puis, il y a le vent du lac, il faut se vêtir adéquatement, etc. Pour faire les 32 kilomètres, il faut avant tout une bonne préparation. »
Stéphane Leroyer avait testé son genou. Il n’avait aucune douleur en ski de fond, mais le lac Saint-Jean l’a vite rappelé à l’ordre.
« Mon chiro avait bien raison. Je dois maintenant prendre un temps d’arrêt de quatre à six semaines pour guérir complètement mon genou. Je serai plus fort encore pour la deuxième édition l’an prochain », promet Stéphane Leroyer, très heureux d’avoir vécu l’expérience.
Les coureurs ont permis d’amasser 146 000 $ pour la Fondation Sur la pointe des pieds.
D’autres coureurs du secteur ont participé à la course : Jean-Pascal Bélanger, également de Dolbeau-Mistassini, Michel Chiasson de Sainte-Jeanne-d’Arc, Patrice Bouchard, Guillaume Roy et Dominique Tremblay de Saint-Félicien ainsi que Gino Gravel qui a terminé 2e, Jeff Gagnon et Alain Lebrun, tous trois de Roberval.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des