Faire du motocross, en équipe!

Guillaume Pétrin
Faire du motocross, en équipe!
Même si les femmes sont moins nombreuses que les hommes à faire du motocross, Stéphanie Boudreault affirme qu’il n’y a pas vraiment de préjugés à leur égard. « Au contraire, ils nous donnent des trucs pour que l’on s’améliore. » (Photo courtoisie Pierre Tremblay)

La pratique du motocross a évolué ces dernières années, tant du point de vue technologique que dans la façon de participer aux courses. Pour Michael Gaudreault, du garage Gaudreault mini-mécanique, c’est en équipe que ça se passe!

« Cette année, j’ai décidé d’avoir une équipe au nom de ma compagnie. Je leurs fournis les pièces à prix réduits. Je les suis aussi à chaque fin de semaine de compétition. »

Il ne s’en cache pas, cette visibilité permet à l’homme d’affaires d’effectuer des ventes supplémentaires et aussi d’accroître son rayonnement à l’extérieur de la région.

L’équipe de motocross Gaudreault mini-mécanique donne une bonne visibilité à l’entreprise, directement dans son secteur d’activités commerciales. (Photo courtoisie)

« Ça me créé aussi une visibilité et ça me permet de vendre des pièces pendant les courses. Aujourd’hui, avec les virements bancaires, c’est plus facile et le transport est rapide. »

Équipe

Lui-même pilote (#62), le reste de son équipe est composée de quatre coureurs : Stéphane Blouin (#387), Stéphanie Boudreault (#512), Jessy Blais (#37) et son garçon Dylan Blais (#15).

« On s’est fait cinq motos identiques avec les mêmes commanditaires, toutes des Yamaha. Quand on arrive aux courses, ça a plus d’impact. »

L’adrénaline ressentie pendant les courses et la possibilité de brasser des affaires ne sont pas ses seules sources de motivation.

« C’est une passion et une activité de gang. C’est très rassembleur. Quand on arrive là-bas, on est comme une grosse famille. On travaille tous le lundi, donc on ne fait pas ça pour gagner notre vie. Une victoire donne 100 $ et il y a les frais d’inscriptions et de déplacement »

« Ça tient en forme aussi. Oui il y a des risques de blessures, mais tous les sports sont à risque de blessures », affirme celui qui a justement dû mettre une croix pour le reste de sa saison à la suite d’une blessure… en motocross!

Selon Michael Gaudreault, le motocross connaît un bel engouement cette année, tant chez les adultes que chez les jeunes. (Photo courtoisie)

Stéphane et Stéphanie

Pour Stéphane et Stéphanie, participer au circuit de motocross du Saguenay-Lac-Saint-Jean est aussi une activité de couple.

« C’est le fun, mais parfois, la compétition peut être là. On est deux personnes très orgueilleuses, donc ça peut faire des flammèches! Par contre, on s’entraide et on se dit nos points fort et nos points faibles. »

Stéphane Blouin apprécie aussi le fait d’être commandité. « C’est le fun car tu te déplaces en équipe et Michael nous supporte, nous aide et il nous encourage », affirme celui qui doit lui aussi renoncer au reste sa saison, ayant subi une opération au pieds après se l’être cassé… en motocross!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des