Les quilles: un défi sportif et entrepreneurial

Photo de Guillaume Pétrin
Par Guillaume Pétrin
Les quilles: un défi sportif et entrepreneurial
Raynald Tremblay croit que jouer aux quilles est un sport qui sera encore pratiqué pendant longtemps. Il espère même trouver des plus jeunes associés afin de poursuivre le développement de son salon de quilles, afin de transformer son bâtiment en centre de divertissement pour tous les âges. (Photo Trium Médias – Guillaume Pétrin)

Considéré comme un sport par certains et comme un simple loisir pour d’autres, jouer aux quilles demeurent une activité encore bien présente un peu partout au Québec. Parlez-en à Raynald Tremblay, copropriétaire du Salon de quilles Dolbeau.

« Les quilles ne seront jamais mortes! On a des cycles et c’est normal. C’est vieux comme sport, les Égyptiens ont joué aux quilles et les Américains l’ont commercialisé », affirme sans détour celui qui se passionne pour cette activité depuis l’âge de 16 ans.

(Photo Trium Médias – Guillaume Pétrin)

En compagnie d’Hélène Gaudreault, il gère depuis 25 ans le Salon de quilles Dolbeau. Il ne cache pas que la fermeture du salon de quilles situé dans le secteur Mistassini a aidé à augmenter sa clientèle régulière.

« C’est sûr que ça va un peu mieux. Il y a une cinquantaine de joueurs de plus. C’est bon pour les affaires. Les quilles, comme tous les autres loisirs en arrachent, regarde le curling et le golf aussi », analyse celui qui a déjà été propriétaire d’un marché d’alimentation pendant 15 ans.

Ligues de bowling

Malgré tout, l’entrepreneur croit que les quilles sont encore populaires dans la région et que l’on retrouve un bon bassin de joueurs.

« Il y a plus de 270 joueurs réguliers dans mes différentes ligues. Des joueurs de quilles de tous les âges. J’en ai qui ont 40 ans, d’autres qui ont 60 ans et j’en ai même qui ont plus de 80 ans! J’ai aussi une ligue de juniors pour les jeunes de 5-6 ans. »

(Photo Trium Médias – Guillaume Pétrin)

« Jouer aux quilles, ça garde en forme et ça ne demande pas autant d’énergie qu’un autre sport comme le hockey, alors les gens de tous les âges peuvent jouer aux quilles. J’ai déjà eu un joueur de 94 ans », ajoute l’entrepreneur de 65 ans.

Futur

Raynald Tremblay prévoit tout de même réduire le nombre d’allées à 12, au lieu de 14. Les deux en moins seront remplacées par des tables de billard. Ce ne sont pas là les seuls projets qu’il veut développer dans le but de poursuivre la croissance de son entreprise. Pour y arriver, il aimerait trouver de plus jeunes associés qui voudraient s’impliquer.

« Mon grand rêve serait de bâtir un centre de divertissement, un peu comme aux États-Unis. Il y a un marché ici selon ma vision. Il pourrait y avoir des quilles, un mini-putt intérieur, un jeu de laser tag. Je voudrais vraiment développer le concept fête-ta-fête. »

Actuellement, on retrouve dans le bâtiment 14 allées pour jouer aux grosse quilles en plus d’un service de restauration et de salles de réceptions. Propriétaire de l’édifice, Raynald Tremblay croit que la bâtisse est facilement transformable et peut être modernisée. (Photo Trium Médias – Guillaume Pétrin)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des