Les jeunes pourront sauter sur la glace…

Denis Hudon
Les jeunes pourront sauter sur la glace…
Michel Painchaud est le président du hockey mineur Lac-Saint-Jean Nord. L’organisation a décidé de poursuivre jusqu’à la fin de la saison avec les jeunes intéressés. (Photo : courtoisie)

À moins d’un revirement de la situation, les jeunes hockeyeurs du haut du Lac-Saint-Jean pourront reprendre l’entraînement sur les glaces du secteur Dolbeau et de Normandin, à partir du 26 mars.

L’Association du hockey mineur Lac-Saint-Jean Nord en tout cas s’y prépare.

Réunis la semaine dernière, les dirigeants ont convenu de reprendre les activités, même s’il ne restera que trois à quatre semaines au calendrier.

« Tout va déprendre de la santé publique et si la décision du gouvernement est maintenue. On sera prêt à accueillir à nouveau les jeunes », dit le président du hockey mineur Lac-Saint-Jean Nord, Michel Painchaud.

Il refuse par ailleurs de critiquer les dirigeants, même si d’autres sports que le hockey ont pu tenir une saison cet hiver.

« Je ne voudrais pas être à la place du gouvernement qui doit prendre constamment et rapidement des décisions difficiles », dit-il.

Rappelons que les activités avaient pris fin abruptement avec le retour de la région en zone rouge, l’automne dernier.

On le fait pour les jeunes

La reprise, si elle a lieu, se fera toutefois avec des restrictions et des règles sanitaires strictes, notamment un nombre maximum de huit joueurs à la fois sur la glace. Ce qui se traduira inévitablement par une baisse du temps de glace pour chaque jeune qui passera de quatre à une, peut-être deux heures, par semaine.

Pas de match non plus, seulement des entraînements et des exercices d’habileté, mais le tout dans un cadre amusant pour les enfants.

« Tous les membres de notre comité étaient crinqués à notre dernière rencontre, avec un objectif commun de donner toutes les chances aux jeunes de pouvoir revenir et ce, dans un cadre sécuritaire », poursuit le président.

D’ailleurs, l’organisation avait pris soin au préalable de tâter le pouls des parents par une question-sondage afin voir leur intérêt à ce que leurs jeunes reviennent sur la glace.

« La plupart des parents ont répondu positivement. C’est un élément très important qui a joué dans notre décision d’aller de l’avant », reconnaît Michel Painchaud.

La principale crainte du président Painchaud en ce moment, avec la hausse des cas de COVID-19, est que la région revienne en zone rouge.

lace…

Partager cet article