Le manque d’arbitres est récurrent au soccer mineur

Denis Hudon
Le manque d’arbitres est récurrent au soccer mineur
(Photo : courtoisie - Nadia Murray)

Le recrutement des arbitres demeure la préoccupation en tête de liste de l’Association du soccer mineur de Dolbeau-Mistassini. Pour le reste, ce sport se porte très bien tant financièrement qu’au plan des effectifs joueurs.

C’est ce qui ressort notamment de la dernière assemblée générale annuelle où la présidente depuis cinq ans, Véronique Pilote, a remis sa démission. C’est avec émotion qu’elle a décidé de laisser cette responsabilité, son travail professionnel étant très demandant.

Jusque-là directeur technique, Patrick Tropeano a été élu à la présidence de l’Association de soccer mineur de Dolbeau-Mistassini.

C’est Patrick Tropeano, jusque-là directeur technique, qui succède à la présidence.

Les 17 arbitres l’an dernier ont géré pas moins de 75 parties. C’étaient déjà trois arbitres de plus que l’année précédente.

La pénurie d’arbitres se fait davantage sentir chez les plus expérimentés. L’organisation a besoin d’arbitres de plus de 14 ans.

Et dans un monde idéal, il faudrait au tour de 25 arbitres pour répartir ce travail, parfois très ingrat.

« Déjà, de garder nos arbitres pour l’année suivante, ce n’est pas une mince tâche. On en perd toujours et il faut recommencer à recruter », lance la présidente sortante.

Avec 39 entraîneurs, cinq de moins qu’en 2018, pour 18 équipes, c’est encore trop peu. La situation est moins précaire que chez les arbitres, mais le soccer mineur doit travailler très fort pour recruter du nouveau personnel.

La venue de deux équipes féminines l’an dernier en U10 et U12 senior a été un plus pour l’organisation qui espère offrir pour l’avenir encore des équipes féminines et masculines distinctes.

Véronique Pilote a été présidente du soccer mineur au cours des cinq dernières années et siège sur le conseil d’administration depuis sept ans

Infrastructure manquante

Avec plus ou moins 300 joueurs chaque année, toutes catégories confondues, toutes ligues confondues et incluant le Futsal (soccer d’hiver en salle), ce sport est en bonne santé.

Par ailleurs, il manque à Dolbeau-Mistassini un terrain suffisamment grand pour accueillir des joueurs d’âge senior, lors de différents événements ou tournois.

Des visées sur le terrain à Jean-Dolbeau n’ont pas permis d’atteindre cet objectif.

Les terrains au Parc Lions et à l’École Sacré-Cœur sont adéquats pour les plus jeunes joueurs de soccer.

Financièrement, sur un budget de l’ordre de 70 000 $, le soccer mineur de Dolbeau-Mistassini termine avec un léger déficit de moins de 2 000 $, qui sera épongé par le surplus accumulé. Les inscriptions comptent pour environ la moitié des revenus.

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des