AlterGo interpelle le ministre Bolduc

AlterGo interpelle le ministre Bolduc
Le ministre de l’Éducation

FINANCEMENT. Le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Yves Bolduc, a bien entendu le message des organisateurs du Défi sportif d’AlterGo, le 2 mai, concernant l’importance du sport et de l’activité physique chez les personnes vivant avec des limitations fonctionnelles.

Alors que des athlètes d’escrime en fauteuil roulant s’échauffaient et que des groupes d’élèves en adaptation scolaire se disputaient des tournois de hockey balle, le nouveau ministre a laissé savoir, lors de son court passage à l’événement, au Complexe sportif Claude-Robillard, que son gouvernement accorde une «grande importance» à une activité de cette envergure, qui met au premier plan des athlètes de sports adaptés.

«Ça nous permet de faire de l’émulation parmi tous ces gens qui font du sport, a laissé savoir le Dr Bolduc. C’est impressionnant avec des handicaps ce que certains peuvent faire. Il y a beaucoup de gens sans handicap qui ne sont pas capables de faire ce qu’ils font. Ça fait partie de nos politiques, à savoir que chacun a le droit d’ajouter son grain de sable à la société. Quand on est ministre, on veut que tous y aient accès.»

Entente arrivant à échéance

Il y a trois ans, le gouvernement libéral avait décidé d’attribuer à l’organisation un financement de 500 000 $ par année, en plus des 125 000 $ octroyés annuellement par Sports Canada. Une entente de partenariat en est née, laquelle se termine cette année.

Pour Monique Lefebvre, directrice générale d’AlterGo, le défi est d’assurer une continuité et de renouveler cette entente pour au moins cinq ans avec le gouvernement du Québec.

«On souhaite ardemment que le nouveau gouvernement ne coupera pas dans le travail qu’on fait auprès des personnes ayant des limitations, indique-t-elle. Dans les coupes à venir, ce qu’on veut influencer, c’est qu’il reconnaisse l’importance du sport et de l’activité physique».

Partager cet article