Saint-Stanislas a trouvé sa recette pour combattre la dévitalisation

Saint-Stanislas a trouvé sa recette pour combattre la dévitalisation

Le Centre multifonctionnel Au Clocher fait la différence dans la vie communautaire de Saint-Stanislas.

Crédit photo : Trium Médias - Serge Tremblay

Lutter contre la dévitalisation n’est jamais simple, mais la municipalité de Saint-Stanislas semble avoir trouvé une formule qui lui permet de maintenir ses acquis. Avec son église devenue un centre multifonctionnel et un relais de motoneige, la localité arrive à se démarquer.

« La dévitalisation, c’est un éternel combat. À Saint-Stanislas, on a toujours dit que l’on allait se donner nous-mêmes des services. On n’avait plus aucun service chez nous et avec notre église, nous en comptons maintenant neuf », raconte le maire de Saint-Stanislas, Mario Biron.

Restauration, épicerie communautaire, salle de cinéma, salle de conditionnement physique, etc., la population a aujourd’hui accès à plusieurs services, et ce, chez elle. Encore faut-il les maintenir, cependant, et c’est là que la municipalité met les bouchées doubles.

« Nous, tous les projets que l’on travaille, c’est dans l’optique de favoriser l’achalandage à notre église. On n’a pas le choix de se prendre en main, sinon les services on ne les aura pas. Ce qu’on a fait a vraiment redynamisé notre village. »

Essence

Pour renforcer l’attractivité de son centre multifonctionnel, notamment auprès des motoneigistes et quadistes, la municipalité souhaite installer un poste d’essence automatisé.

« On va devoir se former une petite coopérative pour faire le projet, on n’aura pas le choix. La station-service sera entièrement automatisée avec paiement par carte de crédit. Les motoneigistes pourront aller gazer, mais c’est aussi une demande de notre population que l’on travaille depuis quelques années. »

Un investissement de l’ordre de 125 000 à 150 000 $ sera nécessaire et aucune subvention n’est disponible pour ce type de projet. Le maire Biron estime cependant qu’il est nécessaire d’aller de l’avant et vise l’automne 2019.

« Il faut être réaliste, un motoneigiste qui fait la Passerelle du 49e qui voit qu’à Saint-Stanislas il y a de la restauration, mais qu’un peu plus loin il y a de l’essence et de la restauration, bien il va passer tout droit. Il faut pouvoir tirer notre épingle du jeu nous aussi. »

Parc

La municipalité a également complété l’acquisition d’un terrain en bordure de la rivière l’an dernier. On souhaite trouver un concept d’aménagement qui permettra d’en faire une destination quatre saisons.

« On regarde pour avoir des sentiers pédestres et peut-être un parcours de vélo de montagne. On est à regarder comment on peut aménager tout ça, toujours avec l’idée d’en faire un endroit qui sera accessible à l’année et qui favorisera l’achalandage a notre restaurant. »

Poster un Commentaire

avatar