Rééquilibrage salarial à la MRC

Rééquilibrage salarial à la MRC

MRC de Maria-Chapdelaine

Le conseil de la MRC de Maria-Chapdelaine adoptera bientôt une nouvelle grille salariale pour l’ensemble des élus qui fait état de hausses allant de 5,7 % pour le préfet jusqu’à 7,5 % pour les maires.

L’avis de motion a été déposé lors de la plus récente séance régulière du conseil de la MRC de Maria-Chapdelaine, de sorte que le règlement devrait être adopté en février.

Les hausses salariales qui seront adoptées s’alignent sur les propositions élaborées par la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et vise à rétablir l’équilibre à la suite de modifications apportées à la Loi sur le traitement des élus municipaux.

« Auparavant, il y avait une allocation non imposable pour les frais engendrés pour la représentation faite par les élus. Depuis 2019, c’est maintenant imposable et c’est donc une perte nette de revenus pour les élus. Il fallait regarder les salaires pour compenser et les maintenir au même niveau », a expliqué le préfet, Luc Simard.

Préfet

Dans le cas du préfet, sa rémunération était jusqu’ici constituée d’un salaire de 61 762 $,  d’une allocation non imposable de 16 476 $ et de quelques avantages, tel un REER, ce qui lui permettait de toucher un salaire net de 69 024 $ annuellement.

En rendant l’allocation imposable, le salaire net du préfet chutait d’un peu plus de 2 800 $.

La nouvelle formule proposée prévoit donc, une rémunération de base de 66 100 $ et une allocation de 16 476 $, pour un total de 82 576 $, incluant une indexation de 2 % pour l’année en cours. Le salaire net passe ainsi à 69 036 $ pour l’année.

Maires

Les maires des municipalités de la MRC, qui siègent d’office au conseil, ont pour leur part vu leur rémunération totale passer de 6 301 $ à 6 910 $pour l’année, incluant ici aussi l’indexation de 2 %.

Le maire qui occupe le poste de préfet adjoint, en l’occurrence le maire de Normandin, Mario Fortin, touchera 7 602 $ en lieu et place de l’ancien salaire de 6 933 $.

Il a été convenu que les salaires seraient indexés annuellement à hauteur de l’indice des prix à la consommation ou d’un minimum de 2 %, selon le cas.

Poster un Commentaire

avatar