Le Cégep de St-Félicien c’est : Écofaune boréale, le premier centre de recherche sur la fourrure et le cuir au Canada

Chronique
Le Cégep de St-Félicien c’est :  Écofaune boréale, le premier centre de recherche sur la fourrure et le cuir au Canada
Écofaune boréale. (Photo : Courtoisie.)

C’est en 1937 que la pièce de 5 cents immortalise le castor comme symbole par excellence du Canada[i]. Le castor y est depuis toujours associé comme objet de commerce et emblème culturel. Il l’était déjà pour certaines Premières Nations bien avant la fondation du Canada. D’hier à aujourd’hui, les produits de la faune occupent une place importante dans la vie d’un très grand nombre de personnes, notamment pour se nourrir et se vêtir. On disait même à l’époque de la fourrure qu’elle était le tissu de notre Nation.

Par Louis Gagné, gestionnaire administratif d’Écofaune boréale

Plus récemment, grâce à des représentations d’acteurs du milieu comme Bilodeau Canada et Robertson Fourrures, les ministères de l’Enseignement supérieur et de l’Économie et de l’Innovation ont accordé au Cégep de St-Félicien l’autorisation de créer un centre collégial de transfert technologique (CCTT) pour effectuer des travaux de recherche et développer de l’expertise dans les domaines de la fourrure et du cuir.

Le centre de recherche Écofaune boréale est en opération depuis 2018 dans la communauté de Mashteuiatsh et compte une dizaine d’employés. Deux d’entre eux sont localisés dans le secteur de Chibougamau, dont le directeur Dave Harvey. Jusqu’à présent, plus de 35 équipements spécialisés dans la valorisation de la fourrure et du cuir ont été acquis pour soutenir les divers projets.

La mission du CCTT est de réaliser des recherches appliquées combinant le développement technologique, l’aide technique, le transfert de connaissances, la diffusion d’informations scientifiques ainsi que l’adoption de pratiques sociales novatrices permettant à tous les acteurs impliqués dans le développement de la fourrure nordique et de sa chaîne de valeur de se repositionner économiquement par rapport à la réalité du marché mondial de la fourrure, du cuir et de leurs produits dérivés, dans le respect des exigences écoresponsables et de développement durable ainsi que des pratiques des Premières Nations et des Inuits.

Sa vision est d’être LE centre de recherche appliquée et de transfert de référence à l’échelle canadienne en matière de valorisation durable de la fourrure et du cuir naturels ainsi que de l’ensemble de l’animal. L’équipe travaille notamment sur plusieurs projets de valorisation de matières résiduelles, car des centaines de milliers de peaux vont à l’enfouissement au Québec (orignal, chevreuil, mouton, poisson, bœuf, etc.).

Les projets émanent d’entreprises de différentes régions du Québec, des Premières Nations et des Inuits du Nunavik. L’expertise recherchée vise les opérations de tannage la plupart du temps. Visitez le site Web au www.ecofauneboreale.ca pour en savoir plus.

[i] Pièce de 5 cents, son histoire | Monnaie royale canadienne (mint.ca)

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires