Création de deux emplois supplémentaires : de distributrice pour Publisac à propriétaire de restaurant

Rédaction
Création de deux emplois supplémentaires : de distributrice pour Publisac à propriétaire de restaurant
Annie Turgeon

Le 5 décembre dernier, une icône de la restauration à Normandin a changé de main. Le restaurant la Fureur est depuis ce temps la propriété d’Annie Turgeon qui a réalisé son rêve, celui d’en devenir la propriétaire.

« ­Au cours des huit dernières années, c’est ­Chantale ­Noël qui possédait le restaurant. Toutefois, le restaurant existe depuis une vingtaine d’années », explique la nouvelle propriétaire qui tient le commerce avec quatre employés.
La transaction permettra d’augmenter, dans quelques jours, le nombre d’employés du restaurant. « J’ai embauché deux autres personnes qui se joindront bientôt à l’équipe de travail », ajoute ­Annie ­Turgeon.
L’histoire entrepreneuriale de la femme d’affaires a débuté il y a cinq ans. « J’étais en période de recherche d’emploi. Peu de temps après avoir apporté mon curriculum vitae à ­Chantale, elle m’a embauchée. Dès le début, j’ai eu la piqure et je me disais qu’un jour j’allais acheter le restaurant. »
Avant de réaliser son rêve, ­Annie ­Turgeon avait déjà travaillé dans un autre restaurant. « J’ai également occupé un emploi pour la distribution du ­Publisac dans le secteur. Ce fut mon dernier travail. Par la suite, j’ai fait partie du groupe d’employés du restaurant la ­Fureur avant d’en devenir propriétaire », ­explique-t-elle.

Conciliation travail/famille

Âgée de 35 ans et mère de 3 enfants, la restauratrice n’a aucun problème à concilier travail et vie familiale dans un métier très exigeant quant aux heures de travail requis pour exploiter un restaurant. « J’ai un conjoint qui est merveilleux. Il m’aide beaucoup avec les enfants et la maison. Mes enfants fréquentent tous l’école ce qui facilite mon horaire de travail », commente ­Annie ­Turgeon.
Annie Turgeon reçoit une aide financière dans le cadre de la mesure Soutien au travail autonome (STA), offerte par la MRC de Maria-Chapdelaine. Son entreprise a été financée par Futurpreneur Canada, la Société de crédit commercial autochtone (SOCCA), Femmessor et par le programme Créavenir de Desjardins.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des