Production laitière : des incertitudes qui freinent la relève

Production laitière : des incertitudes qui freinent la relève

Marc-André Leclerc souligne que le contexte entourant la gestion de l’offre n’aide en rien les perspectives de relève dans le milieu de la production laitière.

Crédit photo : Trium Médias - Serge Tremblay

Les incertitudes qui entourent la gestion de l’offre dans le secteur laitier constituent un obstacle de taille pour assurer une relève sur les fermes.

Marc-André Leclerc peut en témoigner, lui qui est le conjoint d’Analie Bergeron, l’une des filles du propriétaire de la Ferme Nordan.

Ce ne serait pas l’intérêt qui lui manquerait de reprendre l’entreprise lorsque Daniel sera prêt à se retirer. Ce mode de vie lui plaît définitivement, mais il convient néanmoins de regarder froidement la situation.

« Moi, je suis dans les fermes depuis que j’ai 12 ans. J’ai toujours adoré ça et avec ma conjointe, on aurait pu être intéressé, mais toute cette incertitude fait en sorte qu’on ne fera peut-être jamais ce pas-là. »

C’est sans compter tout le volet financier lié à l’acquisition d’une entreprise. La réglementation en place n’est pas très favorable au transfert au sein d’une même famille.

« C’est plate à dire, mais c’est plus simple de vendre à un étranger que de vendre à un membre de la famille. »

Quoi qu’il en soit, Marc-André Leclerc continue d’apporter sa contribution avec fierté à la Ferme Nordan. L’avenir nous dira si une quatrième génération sera aux commandes de l’entreprise dans le futur.

Poster un Commentaire

avatar