Les politiciens invités à « pédaler » du bon côté!

Les politiciens invités à « pédaler » du bon côté!

VÉLO. Cette année marque le 15e anniversaire de création de la Véloroute des Bleuets. Les sceptiques sont confondus, car le circuit cyclable est devenu un créneau d’excellence touristique avec des retombées économiques qui approchent maintenant les 10 millions $. Mais, il y a un hic.

Le hic, c’est que la Véloroute et les municipalités qui en assurent l’entretien se sont vues couper 202 000 $ de revenus pour mener à bien leur tâche.

En effet, dans la foulée des compressions budgétaires, le gouvernement du Québec a sanctionné l’abolition du programme d’entretien de la Route verte. Les quelque deux millions de dollars que contenait ce fonds étaient étalés à la grandeur du Québec afin de soutenir les différentes corporations cyclables qui ont mis en place des circuits, ces dernières années.

La Route verte est une réalisation unique en Amérique du Nord qui traverse près de 400 municipalités et qui touche les trois quarts de la population québécoise. C’est donc un outil de développement économique et social qui favorise la mobilité active. La qualité du réseau et la sécurité des circuits en font un important atout touristique dans le choix du Québec comme destination vélo.

L’abandon du programme touche de plein fouet les MRC rurales ou moins peuplées. Supprimer cette aide financière aura surtout un impact majeur sur les longs tronçons de pistes situés en dehors du réseau routier, soit 1950 km de pistes (37 % du réseau) dont les 256 kilomètres de notre Véloroute.

Erreur magistrale

Cette même Véloroute des Bleuets passe juste devant la résidence du premier ministre Philippe Couillard à St-Félicien.

Ce dernier devrait pour quelque temps délaisser son bateau et juste sortir son vélo.

Au bout de quelques kilomètres, à peine, il réaliserait qu’il a le privilège de rouler sur l’une des plus belles pistes cyclables en Amérique du Nord.

Il réaliserait aussi que pour assurer la qualité de cette infrastructure, il faut de l’argent et que la coupure du programme d’entretien de la Route verte est une erreur magistrale en regard du coût associé par rapport aux bienfaits économiques et sociaux de la présence de ce circuit cyclable

Équation simple

Monsieur le Premier Ministre, l’équation est tout simple: réinvestir 202 000 $ dans la région pour générer près de 10 millions $ de retombées économiques en plus de toutes les économies et bienfaits sur une population en santé.

Réinvestir dans l’entretien de la Véloroute, c’est une décision toute simple qui se prend… en un tour de roue !

Partager cet article