Au Québec, aucun arbre n’est coupé pour fabriquer des circulaires

Rédaction

Nous tenons à réagir aux propos que Martin Matte a tenus lors de l’émission de Tout le monde en parle (TLMEP) le 24 janvier dernier.

En effet, dans une portion de l’entrevue, M. Matte aborde sa récente publicité de Maxi, qui a décidé de ne plus imprimer sa circulaire, en expliquant que l’entreprise lui avait dit que «ça n’a pas de sens de couper des arbres» pour imprimer des centaines de milliers de circulaires. Il ajoute: «j’espère que dans cinq ans, on va dire que je peux pas croire qu’on imprimait puis qu’on abattait des arbres pour faire des circulaires».

Comprenons-nous bien, M. Matte a tous les droits de s’exprimer sur les sujets de son choix et notamment contre l’utilisation du papier pour les circulaires. Cependant, ce qui nous pousse à déplorer cette prise de position est qu’il la justifie par une fausseté.

Car rien n’est plus faux que de dire qu’on coupe des arbres pour produire des circulaires. La réalité est qu’il ne se coupe AUCUN arbre pour la production de papier journal (qui sert aux circulaires). Parlez-en aux travailleuses et travailleurs des usines de Dolbeau ou de Gatineau, qui sont représentés par notre syndicat, ils pourront vous le dire. Le papier journal produit dans les usines est fait à partir des résidus de bois engendrés par l’industrie du sciage (production du bois d’œuvre).

Plaidoyer pour les circulaires

Qui plus est, le taux de récupération des circulaires est de 86 %. Ce papier recyclé entre ensuite dans la fabrication de papier tissu (papier de toilette, mouchoir, essuie-tout) et de carton notamment. En fait, les usines qui fabriquent ces produits recyclés devraient s’alimenter sur des marchés extérieurs si les circulaires n’existaient plus.

Nous aimerions aussi souligner que les circulaires font vivre bien des familles et des communautés dont certaines sont situées en région. Unifor à lui seul représente quelques centaines de membres dans les exploitations forestières, les scieries et les papetières dont les emplois sont entièrement ou partiellement liés aux circulaires. Si l’on ajoute la production, l’impression et la distribution des publisacs, il est question de 4500 emplois supplémentaires.

Et que dire de la clientèle des supermarchés qui ne bénéficient pas d’un appareil électronique leur donnant accès aux circulaires en ligne? Que penser des études qui se multiplient sur l’impact environnemental des appareils numériques qui n’est pas nul contrairement à ce que plusieurs pensent? Mais il s’agit là d’autres débats.

Pour l’heure, nous tenions à corriger l’information. En espérant que la présente lettre aura le mérite d’informer ses destinataires et la population sur la réelle composition du papier utilisé pour les circulaires.

L’auteur, Renaud Gagné, est directeur québécois du syndicat UNIFOR. Il adresse cette lettre ouverte à Martin Matte et aux téléspectateurs de l’émission Tout le monde en parle.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Léo-Gilles Savard
Léo-Gilles Savard
2 mois

MAIS…il se coupe des arbres sur la planète à un rythme non soutenable par les forêts! Tout ne se mesure pas par les emplois. D’ailleurs, avec l’hypermécanisation et l’automatisation dans les installations des monopoles forestiers, il s’est envolée des milliers d’emplois. Alors, votre intervention ne vient qu’entretenir l’illusion de la forêt à récolter et qui ne sert à rien d’autre.
Vous n’êtes ni le premier, ni le dernier, à faire vivre une bonne image d’une industrie figée par l’actionnariat! L’UPA colporte le même aveuglément concernant l’exploitation de nos sols entre les mains de grosses machines entrepreneuriales.
Il serait temps de changer de disque et de montrer les vrais enjeux, comme par exemple le prix payé par mètre/cube du bois qui est encore à 18$ pour les récolteurs et transporteurs.
LGS