« On veut devenir un entonnoir pour nos entreprises »

« On veut devenir un entonnoir pour nos entreprises »

Dominic St-Pierre, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Dolbeau-Mistassini.

Le rôle des Chambres de commerce et d’industrie a bien changé au fil des ans. Celle de Dolbeau-Mistassini essaye de plus en plus de se positionner comme une courroie de transmission pour ses membres.

Autrefois une organisation vouée à la défense des intérêts des commerçants, la Chambre de commerce et d’industrie tente depuis plusieurs années d’être un joueur plus actif.

« On veut devenir un entonnoir pour nos entreprises, faire en sorte que l’information et les opportunités coulent vers eux sans que ce soit compliqué. On fait beaucoup d’accompagnement et on devient un peu un organisateur », mentionne, Dominic St-Pierre, qui amorce un nouveau mandat à la présidence de la Chambre.

Que ce soit avec le programme d’amélioration continue mis en place avec la collaboration de la Chambre du secteur Normandin, le salon Objectif Embauche ou encore diverses activités de réseautage et de conférences, l’organisme tente d’apporter des réponses aux enjeux des commerces d’ici.

« On fait aussi plus de démarches au niveau politique. Je ne dis pas qu’on oriente les décisions, mais on peut au moins s’assurer que nos entreprises savent exactement ce qu’il ressort des décisions importantes. S’il y a un nouveau programme ou une nouvelle opportunité, il faut le savoir! »

Achat local

L’achat local continuera d’être l’un des combats principaux menés par la Chambre de commerce et d’industrie de Dolbeau-Mistassini.

« Il y a eu beaucoup d’amélioration de ce côté et on va continuer de sensibiliser nos commerçants à l’importance d’être compétitif. À l’ère du commerce électronique, tu dois être dans les prix, tu n’as pas le choix. »

Dominic St-Pierre estime que les consommateurs locaux ont déjà fait pas mal de chemin depuis plusieurs années.

« Il s’agit de donner une chance aux commerces locaux en allant voir s’ils ont le produit et à quel prix. À partir de là, c’est au commerçant d’être dans les prix. Je pense qu’on peut continuer de s’améliorer. »

Restructuration

La Chambre profitera de 2019 pour revoir un peu son fonctionnement. Après avoir perdu la gestion du kiosque Loto-Québec des Promenades du Boulevard à la suite de la révision des politiques d’octroi de contrat de Loto-Québec, l’organisme a vu des revenus lui échapper.

« On va devoir travailler le membership, car c’est ce qui nous permet de maintenir une ressource et d’être plus efficaces sur le terrain. »

Poster un Commentaire

avatar