Procès Turcotte: la Couronne commence à présenter sa preuve

Procès Turcotte: la Couronne commence à présenter sa preuve

SAINT-JÉRÔME. Le procès de l’ex-cardiologue Guy Turcotte, accusé du meurtre de ses deux enfants de 3 et 5 ans en février 2009, s’est ouvert hier avec la présentation de la preuve.

La Couronne a souligné que plusieurs témoins seraient appelés à la barre: policiers, ambulanciers, personnel hospitalier et témoins experts, ainsi que la mère des deux victimes, Isabelle Gaston.

«Ces gens n’ont pas choisi de témoigner. Cette mère a vécu la pire chose au monde. Ses enfants ont reçu 46 coups de couteau par celui qu’elle avait choisi pour être leur père», a expliqué Me Maria Albanese.

Cette dernière a ajouté que Mme Gaston viendrait témoigner au début du procès. «Elle est troublée, bouleversée», a dit la procureure de la Couronne.

En ouverture du procès, le juge André Vincent, de la Cour supérieure du Québec, s’est adressé aux jurés durant une quarantaine de minutes. «En vertu de nos lois, tout accusé est présumé innocent. C’est la Couronne qui doit prouver la culpabilité hors de tout doute raisonnable.»

Le juge Vincent a énuméré les quatre éléments essentiels dont les jurés devront tenir compte:

– Est-ce que Guy Turcotte a commis un acte illégal?

– Est-ce que ces actes ont causé la mort des victimes?

– Est-ce que Guy Turcotte avait l’intention de causer la mort?

– Est-ce que le geste était prémédité?

Un premier témoin

Un technicien en scène de crime de la Sûreté du Québec a été le premier témoin à se présenter devant le juge Vincent.

Daniel Fortin est celui qui a pris les photos de la scène de crime et qui a assisté l’enquêteur. Il a aussi fait des prélèvements et recueilli des éléments de preuve pour la cour.

Partager cet article