Le rapport Godbout devrait stimuler un débat de société

Le rapport Godbout devrait stimuler un débat de société
Le premier ministre aimerait que les recommandations et idées contenues dans le rapport stimulent un «débat de société».

BILAN. Le premier ministre Philippe Couillard a commenté hier le rapport de la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise.

Sans prétendre que toutes les recommandations seront utilisées, le chef libéral a dit qu’il serait irresponsable de ne pas saisir l’opportunité de revoir la fiscalité de la province.

Il se pourrait donc que les prochains budgets du ministre des Finances Carlos Leitao, à partir de 2016, soient teintés par plusieurs recommandations du rapport Godbout.

Philippe Couillard a rappelé que les libéraux ont demandé ce rapport pour avoir une vision extérieure, qui pourrait aider à réduire le fardeau des Québécois. S’il y a une "révolution" qui naît de cette commission, ou si des mesures jugées drastiques sont prises dans les prochains budgets, elles serviront à encourager le travail, l’investissement et l’emploi, a précisé M. Couillard.

«C’est la première fois depuis les années 1960 que l’on fait une revue aussi large de notre fiscalité, a-t-il observé. M. Godbout, dans son rapport, fait état d’une hausse du produit intérieur brut et d’une hausse du revenu disponible. (…). C’est significatif comme impact.»

Le premier ministre aimerait que les recommandations et idées contenues dans le rapport stimulent un «débat de société». Les Québécois doivent se préparer d’une manière ou d’une autre à une réforme importante de la fiscalité au cours du mandat des libéraux, a-t-il ajouté.

«Il y aura une réforme fiscale importante au cours du mandat, mais nous voulons bien faire la discussion, a affirmé M. Couillard. Nous ne manquerons pas l’occasion de faire cette réforme. On va prendre notre temps.»

Partager cet article