Le Parti libéral du Canada suspend deux de ses députés

Le Parti libéral du Canada suspend deux de ses députés
.

HARCELEMENT.Deux députés fédéraux libéraux ont été suspendus du caucus de leur parti hier en raison d’allégations de harcèlement sexuel.

Massimo Pacetti (photo), de la circonscription de Saint-Léonard–Saint-Michel à Montréal et Scott Andrews, de la circonscription de Terre-Neuve-et-Labrador, font actuellement l’objet d’une enquête sur des allégations de harcèlement sexuel sur deux députées du Nouveau Parti démocratique.

Durant une conférence de presse hier, le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, n’a pas confirmé le caractère sexuel des allégations, parlant plutôt de «faute personnelle».

M. Trudeau aurait été approché par une députée du NDP, qui aurait dit être «affectée par les agissements d’un des deux hommes». «En tant que chef de parti, je me devais d’agir. Ces deux députés font face à de sérieuses accusations de faute personnelle», a-t-il indiqué aux médias.

Il a précisé avoir demandé à la whip du Parti libéral, Judy Foote, de communiquer avec le président de la Chambre des communes, Andrew Scheer, afin d’enquêter davantage.

En conférence de presse, Justin Trudeau a aussi fait savoir que les candidatures des deux députés libéraux étaient mises sur la glace durant l’enquête.

Partager cet article