Le ministère des Relations internationales en péril

Le ministère des Relations internationales en péril

COMPRESSIONS.Les rumeurs voulant que le ministère des Relations internationales (MRI) soit aboli en raison des compressions budgétaires de 3,2 G$ du gouvernement libéral. Hier, en marge du caucus des députés à La Malbaie, le premier ministre Philippe Couillard n’a pas écarté cette hypothèse.

Le premier ministre du Québec n’a pas démenti cette information voulant que le MRI soit englouti dans un autre ministère ou qu’il soit transformé en secrétariat. «Sur cette question, je vais être bien clair, toutes les pistes sont soulevées, il n’y a pas de pierre qui n’est pas retournée.»

Il a toutefois soutenu que le rayonnement international du Québec ne serait pas diminué pour autant. La ministre du MRI, Christine St-Pierre, a également assuré la poursuite du travail effectué à l’étranger.

«Ce qui est important, c’est notre mission. Tout ce qu’on fait sur la scène internationale et que l’on bâtit depuis des années, ça va continuer.»

Actuellement, le MRI est composé de 11 délégations, huit bureaux et quatre antennes qui sont réparties un peu partout dans le monde. La mission de ce ministère provincial est d’assurer la présence du Québec à l’étranger. Pour ce faire, il s’affaire à tisser des liens et à favoriser des échanges culturels et commerciaux.

Les premières recommandations en vue des compressions à effectuer en 2015 au sein de l’appareil gouvernemental sont attendues en octobre.(TC Media)

Partager cet article