Guy Turcotte remis en liberté

Guy Turcotte remis en liberté
Guy Turcotte subira son procès en 2015.

LIBRE. Malgré plusieurs réticences, notamment de la part de son ex-femme Isabelle Gaston, Guy Turcotte a obtenu vendredi sa remise en liberté en attendant la tenue de son deuxième procès pour le meurtre de ses deux enfants, en 2009.

Le juge André Vincent, de la Cour supérieure du Québec, a ainsi déterminé que l’ex-cardiologue ne représente plus un danger pour quiconque. Il a ajouté que l’homme a le droit à la présomption d’innocence, car il est en attente d’un second procès.

Voici les conditions de sa remise en liberté: il devra garder la paix, se présenter en cour lorsque requis, respecter un couvre-feu, se rapporter deux fois par mois à un agent de la Sûreté du Québec, poursuivre ses traitements psychiatriques et prendre ses médicaments. Il doit par ailleurs habiter au domicile de son oncle.

Il lui est interdit de changer d’adresse, de communiquer avec son ex-conjointe et le conjoint de celle-ci et de se trouver à moins de 100 mètres de sa résidence, de quitter le Québec, de posséder un passeport, de posséder une arme à feu et de consommer de l’alcool ou des médicaments non prescrits par un médecin qualifié.

Le frère d’Isabelle Gaston, Patrick, a durement pris la décision: «Le remettre en liberté (…) au détriment du bien-être des familles, du bien-être des victimes, non. On met le bien-être du détenu, du meurtrier… 47 coups de couteau, pour vous le rappeler», a-t-il soutenu, avant d’ajouter: «Je ne pense pas que des meurtriers d’enfants doivent courir les rues, point à la ligne.»

Partager cet article