Dettes : les jeunes perdent le sommeil

ENDETTEMENT. Les jeunes Canadiens sont beaucoup moins zen que ceux des autres générations par rapport à leurs finances personnelles. La moitié des particuliers d’entre 18 ans et 34 ans en perdraient même le sommeil, selon un sondage de la Banque de Montréal (BMO), rien de moins.

À toutes les questions du sondage, les jeunes se disent plus angoissés que la cohorte des 35-54 ans et des 55 ans et plus. Pourtant, les 35-54 ans ont accumulé plus de dettes en moyenne, mais ceux-ci semblent moins tourmentés par leur passif.

Ainsi, 56 % des 18-34 ans pensent à leur endettement « plusieurs fois par jour », toujours selon le sondage mené auprès de 1002 Canadiens au début de l’été. La moitié s’est disputée avec leurs proches au sujet de l’argent. Le même nombre a « honte » de la dette accumulée.

L’angoisse semble moins élevée chez les autres générations. Tout de même, 43 % des 35-54 ans ont des troubles de sommeil à cause de leurs dettes. Ce chiffre est de 22 % pour les personnes de 55 et plus.

L’endettement des ménages ne représente pas qu’un défi personnel. De nombreux économistes et décideurs ont tiré la sonnette d’alarme. Au troisième trimestre 2013, le passif des ménages a touché un record historique de 164,1 % de leurs revenus disponibles, selon les données de Statistique Canada. Ce ratio a décliné depuis et se situe à 163,1 % au premier trimestre 2014.

L’équipe d’économistes de la Banque RBC ne croit pas que l’endettement des ménages pose un problème immédiat pour l’économie.

Partager cet article