Cigarette électronique: Ottawa interpellé

Cigarette électronique: Ottawa interpellé
cigarette électronique

SANTÉ. Même si elles semblent moins nocives pour la santé que les cigarettes normales ou autres produits de tabac, les cigarettes électroniques sont dans la mire de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

Elle réclame que le gouvernement fédéral réglemente rapidement les cigarettes électroniques.

Le porte-parole Manuel Arango explique que la fondation milite pour l’interdiction de l’utilisation des cigarettes électroniques dans les endroits publics et les lieux de travail. De plus, des détaillants ne pouvant pas vendre de tabac ne devraient pas avoir le droit d’en offrir. Donc, par extension, les mineurs ne devraient pas avoir le droit de s’en procurer, ajoute Manuel Arango.

Selon lui, même si ces appareils ne contiennent pas de tabac, ils peuvent être employés pour chauffer une solution de nicotine liquide, produisant une vapeur que l’on respire ensuite.

Lundi, la ministre fédérale de la Santé Rona Ambrose a dit avoir demandé au comité permanent sur la santé d’étudier les risques et avantages potentiels de la cigarette électronique, et d’en appeler aux experts pour obtenir leur avis.

Pour M. Arango, une étude parlementaire est la bienvenue, mais celle-ci ne devrait pas trop traîner en longueur. À ses yeux, Ottawa pourrait présenter des propositions au début de 2015.

Selon la fondation, des études ont montré que jusqu’à 18% des élèves du secondaire n’ayant jamais fumé ont essayé la cigarette électronique, et 31% ont dit être intéressés à l’essayer.

La majorité des craintes concernent le fait que les utilisateurs de cigarette électronique pourraient être tentés par les produits du tabac traditionnels.

TC Media

Partager cet article