Quand le Monde se donne rendez-vous à Dolbeau-Mistassini

Quand le Monde se donne rendez-vous à Dolbeau-Mistassini

Olivier Sylvestre est un artiste de cirque spécialiste en roue allemande, issu de l’École nationale de cirque de Montréal. (Photos courtoisie)

Jusqu’au 17 août, le nouveau spectacle de cirque Hier encore, sera présenté au Météore Pub et Spectacles.

Le spectacle, mis en scène par le Dolmissois, Maxime Girard, permet la collecte de fonds pour la Fondation 33.

Cette dernière, créée en 2015, redistribue l’argent amassé grâce aux spectacles, aux différentes victimes d’un traumatisme de la moelle épinière.

Un spectacle international

Ce sont huit artistes de cirque, de renommée internationale, qui participent au spectacle.

Pendant cinq semaines, ils vivront ici, à Dolbeau-Mistassini, apportant avec eux leur lourd bagage d’expérience et bien désireux de le partager au public.

De la Chine, le couple, formé par Enmeng Song et Shengnan Pan, se décrit comme des artistes multidisciplinaires, capables de présenter, entre autres, des numéros de jongleries avec des chapeaux et des parapluies.

Arthur Thomas Charles Morel un artiste de cirque français qui mélange danse, contorsion et le trapèze. (Photos courtoisie)

Du Mexique, Publio Alberto Rabago Mayer se spécialisent dans les numéros de mât chinois et de sangles aériennes.

Le Parisien, Arthur Thomas Charles Morel, propose sa vision de la discipline du trapèze danse.

Trois artistes québécois se greffent à la troupe. Du nombre, il y a Olivier Sylvestre, spécialiste en roue allemande et Frédérique Cournoyer-Lessard, une passionnée du mouvement en contorsion et en cerceau aérien.

La Québecoise, Valérie Benoit Charbonneau, forme un duo avec l’Américain, Mason Bryce Ames. Les deux unissent leurs forces dans un numéro de mains-à-mains.

Une neuvième personne, un pianiste cette fois-ci, du nom de Jonathan Vachon, complète le groupe. Son rôle, enrober le spectacle d’une trame sonore unique et spécialement créée pour le cabaret.

Les artistes s’expriment

Pour ces artistes de renom, s’associer à un spectacle présenté en région, leur offre une opportunité qui les sort de leur routine habituelle.

Pour ceux qui ont vécu l’expérience l’an passé, tous s’entendent pour souligner le bel accueil des citoyens, la beauté des paysages et le plaisir de profiter des multiples plages qui bordent les cours d’eau.

Du cirque en région

«Je trouve ça vraiment intéressant pour nous de venir en région. On est souvent appelé à faire des spectacles ailleurs dans le monde et de performer ici, pour notre monde, ça ajoute un aspect différent.», s’exclame Olivier, natif de Shawinigan.

Frédérique Cournoyer-Lessard y voit une façon de démocratiser les arts du cirque, ailleurs qu’à Montréal. Elle salue au passage l’initiative du créateur dolmissois.

Enmeng Song est un acrobate multidisciplinaire qui adore voyager.

«C’est la première fois que j’ai vraiment l’occasion de faire un contrat au Québec et c’est super, pour moi, de voir le pays tout en contribuant à une bonne cause», commente Arthur.

Risqué le cirque?

Bien conscients que leur corps représente leur principal outil de travail, ils admettent être plus prudents en vieillissant.

«Le risque, je commence à y penser de plus en plus, sauf qu’on est né là-dedans. On n’a jamais peur, notre corps ne la ressent pas, donc il faut que ma tête y pense plus!», explique Frédérique, toute souriante.

Le gymnaste mexicain Publio Alberto Rabago Mayer propose une analogie afin de relativiser le risque encouru.

«C’est comme la conduite automobile. On sait tous que c’est dangereux, mais c’est comme pour nos routines respectives, on pratique tellement souvent que cela devient normal pour nous. On se sent à l’aise et en sécurité.»

 

 

1
Poster un Commentaire

avatar
1
0
0
 
1
Diane de Repentigny.
Diane de Repentigny.
Invité
Diane de Repentigny.

Bravo à tous mais surtout à Olivier Sylvestre.