Maxime Pearson, un homme, un entrepreneur, un enseignant, un père… et un humoriste!

Maxime Pearson, un homme, un entrepreneur, un enseignant, un père… et un humoriste!

Maxime Pearson sera en prestation à la microbrasserie Le Coureur Des Bois, le 3 novembre prochain lors de la soirée l’Humour des bois. (Photo Trium Médias – Guillaume Pétrin)

Le Dolmissois Maxime Pearson peu dire qu’il réussit de plus en plus son défi personnel de faire de l’humour, lui qui a assuré les premières parties de Mathieu Cyr et du duo Les Grandes Crues, lors de leur dernier spectacle respectif, à Dolbeau-Mistassini.

«Je ne suis pas un humoriste à temps plein. Je le prenais plus comme un défi à la base. C’est ensuite devenu une passion», avoue bien humblement celui qui s’était fait connaître du grand public en 2014, dans la télé-réalité Vol 920.

Bien impliqué au sein de sa communauté, il admet que faire de l’humour lui permet de sortir de sa zone de confort et de tous ses autres engagements du quotidien.

«Mes sorties, ce sont les shows que je fais la fin de semaine. Je me challenge avec ça. C’est du dépassement personnel. Ça fait déjà un an que j’en fait et ça va très bien.»

Une passion

Enseignant en mathématiques, Maxime Pearson dresse un parallèle intéressant entre sa profession et sa passion.

«J’ai toujours écrit. J’ai toujours été intéressé par l’humour. Le fait que je sois enseignant aide aussi, car il y a un côté d’animation que tu dois avoir. Il faut prendre la parole devant les gens et capter leur intérêt.»

Faire de l’humour sur scène était avant tout un défi personnel qu’il s’était lancé. (Photo courtoisie)

Ambition

Comme le dit le dicton, nul n’est prophète en son pays. Cependant, c’est plutôt une certaine gêne qui a fait en sorte que Maxime a d’abord monté sur des scènes en dehors de sa région natale, avant d’enfin oser se produire devant les siens.

«Dans les huit premiers mois quand j’ai commencé à faire de l’humour, j’en faisais pas à Dolbeau-Mistassini. J’en faisais à Québec, à Trois-Rivières, à Montréal. J’allais faire des tests devant des inconnus avant de me pointer devant mon monde.»

Le bouche-à-oreille a par la suite fait son œuvre. Il reconnaît que l’humoriste Mathieu Lévesque a aussi contribué à son développement.

«Il m’a donné des opportunités et du temps de scène», dit celui qui est maintenant établi comme chroniqueur régulier aux soirées Humour des bois, animées d’ailleurs par Mathieu Lévesque. La prochaine soirée aura lieu le 3 novembre.

Sur scène, il parle de son quotidien avec humour. Un humour qu’il qualifie d’accessible et familial. Jusqu’où croit-il que ce projet le mènera?

«Je ne veux pas me mettre de la pression. Je n’ai pas une autre ambition que celle de continuer d’aimer ça. L’humour, c’est la passion de beaucoup de gens. Moi, j’ai juste décidé de l’essayer!»

Pour suivre les aventures de Maxime et Samuel: www.nouveauxperes.com (Photo courtoisie)

Nouveaux pères

Maxime Pearson est une personne qui aime mener plusieurs projets en même temps. «Moi, j’ai plusieurs chapeaux. Je suis du genre un peu éparpillé. Au niveau professionnel, je suis enseignant et j’ai une agence de traduction. Du côté plus passion, je fais de l’humour et je développe un blogue.»

Ce blogue, Nouveaux pères, il l’a créé avec son bon ami Samuel Tremblay, lui aussi natif de Dolbeau-Mistassini. Plus de 2 300 personnes suivent leur page Facebook.

«On aborde tous les sujets qui touche la parentalité, avec un angle positif, léger et drôle. C’est trippant ce projet-là!»

Nouveau papa depuis quelques mois, il utilise la paternité comme sujet humoristique, qu’il réussit à intégrer tant dans son projet de scène que dans son projet web.

«J’utilise cette nouvelle étape dans ma vie comme un sujet que je peux exploiter avec humour. Le projet du blogue rejoint mon projet en humour. C’est à la fois de la création, de la rédaction et il y a une touche humoristique.»

Poster un Commentaire

avatar