Foresterie urbaine : un concept à développer dans la région

Foresterie urbaine : un concept à développer dans la région

Marie-Hélène Sauvé souhaite donner sa place à la foresterie urbaine en région.

ENVIRONNEMENT. L’Agence de gestion intégrée des ressources (AGIR), située à Normandin, souhaite développer la foresterie urbaine au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le potentiel régional est énorme, affirme Marie-Hélène Sauvé, ingénieure forestière spécialisée en foresterie urbaine.

La foresterie urbaine allie essentiellement l’arboriculture à une vision à grande échelle de la présence des arbres en milieu urbain. « De ce qu’on constate, il n’y a pas de service professionnel spécialisé en foresterie urbaine au Saguenay-Lac-Saint-Jean. On travaille à rencontrer des municipalités afin de mettre la foresterie urbaine sur la carte et de montrer que c’est possible d’en faire en région éloignée », explique Marie-Hélène Sauvé.

Cette dernière indique que comme un arbre a une longue durée de vie, il est pertinent de bien réfléchir et de planifier son implantation en milieu urbain afin que le tout s’inscrive dans une approche globale.

« Actuellement, il n’y a pas de planification globale et les besoins sont criants. Les municipalités ont peu de ressources à y consacrer et ces ressources ont souvent beaucoup d’autres tâches qui les occupent. Ce qu’on souhaite, ce n’est pas de faire le travail à leur place, mais bien les accompagner pour que ce soit fait adéquatement avec la bonne approche », précise Marie-Hélène Sauvé.

Pourquoi la foresterie urbaine?

Ce ne sont pas les arbres qui manquent dans la région, alors pourquoi s’atteler à la foresterie urbaine? Marie-Hélène Sauvé explique en fait que les bénéfices sont multiples.

« Il y a tellement d’avantages à faire de la foresterie urbaine. Des études ont prouvé que la présence d’arbres est bonne pour les maladies cardiovasculaires, a un impact positif sur la santé mentale et physique et aide à la gestion du stress. Ce n’est pas juste la qualité de l’air qui s’en ressent, les bienfaits sont multiples et c’est bien documenté », lance-t-elle.

À cela s’ajoute évidemment l’aspect esthétique qui vient avec la présence d’arbres en milieu urbain.

Expertise à développer

Pour AGIR, la foresterie urbaine est un nouveau créneau à développer qui viendra s’ajouter à l’ensemble de ses services liés à la forêt et à l’environnement. L’organisme a d’ailleurs participé, à la fin du mois de septembre, à la Conférence canadienne sur la forêt urbaine, où étaient réunis des professionnels et intervenants de renommée mondiale en la matière.

« Le Saguenay-Lac-Saint-Jean peut être un chef de file en matière de foresterie urbaine en région éloignée », de conclure Marie-Hélène Sauvé.

Poster un Commentaire

avatar