Le Festival du Bleuet amorce une importante réflexion

Le Festival du Bleuet amorce une importante réflexion

Karine Dubois est la présidente du Festival du Bleuet de Dolbeau-Mistassini.

Crédit photo : Trium Médias - Serge Tremblay

L’édition 2017, du Festival du Bleuet, n’a pas eu le succès escompté et s’est soldée par un déficit de 33 372 $. Lucide, le comité organisateur amorce une large réflexion, histoire de revoir ses façons de faire, incluant sa programmation de spectacles.

«Nous sommes conscients que notre programmation n’a pas plu à toutes nos clientèles. Nous le prenons en compte et allons tout mettre en œuvre pour revenir avec une programmation que les gens apprécieront», mentionne la présidente du comité, Karine Dubois.

Chiffres

Les chiffres ne mentent pas, puisque les droits d’entrée ont chuté d’environ 33 000 $ et les revenus de bar de 24 000 $, comparativement à l’édition précédente. Ces pertes ont été en partie compensées par une diminution des charges, liées à la restauration et aux bars.

«La température n’a pas été de notre côté, mais même les ventes de passeport ont diminué. On ne peut pas attribuer ça à la température, c’est une indication que notre programmation n’a pas suscité l’intérêt espéré.»

Karine Dubois mentionne que le comité avait voulu faire différent, l’été dernier, en proposant des artistes qui ne se produisaient pas ailleurs en région.

Le volet humour était aussi absent, mais ce dernier est très coûteux et son retour n’est pas assuré.

Démarche

Pour ne pas voir sa prochaine édition sévèrement affectée par le déficit encouru en 2017, le Festival du Bleuet a obtenu un prêt, sans intérêt, de 30 000 $ de la Ville de Dolbeau-Mistassini.

Le comité a aussi amorcé une démarche avec un consultant de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, afin d’être accompagné dans la remise en question de ses activités traditionnelles.

«Un sondage a été mené et il y a eu des groupes de discussion auprès des gens d’affaires et organismes du milieu. Ça va nous aider à déterminer ce qu’on doit revoir.»

Karine Dubois assure que, malgré cette année plus difficile, la pérennité du Festival du Bleuet n’est pas du tout en jeu.

«On veut justement agir dès maintenant plutôt que d’attendre trop longtemps et que ça devienne un problème.»

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Le Festival du Bleuet amorce une importante réflexion"

avatar
François Côté
Invité
François Côté

Le problème est simple, moi ma famille et la plupart de mes amis n’y allions pas PARCE QUE C’EST LE FESTIVAL AVEC LE PRIX D’ENTRÉE LE PLUS CHER AU SAGUENAY-LAC-ST-JEAN!!! Franchement… arrêtez de vous voiler la face là., c’est loins d’être le meilleur festival avec ça! On finit tous par avoir un budget limité pour les activités l’été, mais quand la différence de prix pour l’entrée de 2 personnes couvre l’essence pour aller voir un festival gratuit au Saguenay en plus… pourquoi aller au Bleuet?