Métamphétamines : la décision tombe pour Gino Paquet

Métamphétamines : la décision tombe pour Gino Paquet
Me Denis Otis.

DROGUE. Gino Paquet écope d’une peine fédérale de 52 mois d’emprisonnement pour production de la méthamphétamine, possession de méthamphétamine, possession en vue d’en faire le trafic, possession d’armes prohibées, ainsi que d’une presse à comprimés.

L’arrestation de M. Paquet remonte au 23 mars 2016, alors que les policiers ont fait irruption à son domicile de Dolbeau-Mistassini, car ils soupçonnaient l’homme d’avoir en sa possession une presse à comprimé.

« Quand ils sont arrivés chez lui, ils ont trouvé dans la salle de lavage une trappe avec un mécanisme d’ouverture semblable à celui du coffre d’une voiture. Une fois la trappe ouverte, on arrivait dans une petite pièce où un homme ne pouvait se tenir debout. Il y avait une petite chaise, la presse, 11 500 pilules, 5 kilos de poudre prête à presser et diverses composantes légales, mais qui rentre dans la composition », souligne la procureure du Bureau des poursuites criminelle et pénale, Me Julie Lajoie.

L’avocat de Paquet, Me Denis Otis souligne que son client n’a jamais nié ce qu’il avait fait.

« Celui-ci a fait de mauvais choix. La perte d’un emploi et une problématique de consommation l’ont conduit vers cette solution. Il n’était pas un chimiste, il ne faisait que réunir les substances », affirme Me Otis.

Les deux avocats ont donc proposé une proposition commune au juge Michel Boudreault qui l’a retenue, soit une peine de 52 mois. Gino Paquet ayant déjà purgé 16 mois de détention, devra poursuivre sa peine pour les 36 prochains mois.

« Dans la vie, on vieillit, on devient plus mature. Je vous invite à demander de l’aide. Vous avez 46 ans, vous êtes récupérable. Il ne pouvait pas avoir meilleur règlement. Profitez-en pour aller chercher de l’aide », mentionne le juge Boudreault, tandis que le Gino Paquet s’essuyait les yeux en écoutant ces propos.

Fait important, l’arrestation de Gino Paquet en mars 2016 représentait la découverte du premier laboratoire de méthamphétamine dans la région.

Partager cet article