Un projet d’investissement dans la mire

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Un projet d’investissement dans la mire
Papetière Dolbeau-Mistassini (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Si le papier est un marché en décroissance, cela ne veut pas dire pour autant qu’il ne soit plus possible d’y faire de bonnes affaires dans l’avenir. La papetière de Dolbeau-Mistassini a fait l’objet de certains investissements dans la dernière année afin de renforcer sa position et la direction en a d’autres dans sa mire.

« Nous avons obtenu des budgets additionnels afin de remettre notre usine à flot. On regarde pour aller vers le futur. Je travaille fort pour avoir un projet en matière d’énergie d’environ 15 M$ pour 2020. J’ose espérer que le conseil d’administration va se rallier à nous pour le maintien de notre usine », a précisé Gerry Clapperton.

Sans vouloir entrer dans les détails, le directeur de la papetière a toutefois indiqué qu’il s’agit d’un projet pour réduire les gaz à effet de serre et améliorer la performance énergétique de l’usine.

« Plutôt que de miser sur un seul gros projet, j’essaye de regrouper plusieurs plus petits projets ensemble. À partir de là, il faut faire la démonstration de ce que ça apportera et en combien de temps le projet pourra se repayer et devenir rentable pour l’entreprise. »

Main-d’œuvre

Produits forestiers Résolu l’a souvent répété ces dernières années, l’enjeu de la main-d’œuvre est une préoccupation majeure au sein des usines du groupe. À la papetière, la situation est relativement stable même si certains besoins se font sentir.

« Nous avons 164 postes de budgétés, mais c’est toujours en fluctuation et on doit s’adapter. Actuellement, nous avons la main-d’œuvre pour opérer, mais il y a toujours des opportunités pour des postes plus stratégiques. »

Les métiers plus spécialisés, les mécaniciens et électriciens notamment, sont plus en demande et difficiles à trouver. De ce côté, les candidatures sont généralement plus rares, mais l’entreprise arrive à respecter un certain plancher.

« Quand on regarde dans l’ensemble chez Produits forestiers Résolu, on a un 30 à 35 % de gens à remplacer, alors il y a des opportunités. »

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
JF Robert Auteurs de commentaires récents
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
JF Robert
Invité
JF Robert

Autrement dit : on peut replacer les emplois perdus dans cette usine ailleurs, dans d’autres usines ou en fonction d’autres débouchés.