Reprise économique : les programmes d’aide amplement sollicités

Serge Tremblay, journaliste de l'initiative de journalisme local
Reprise économique : les programmes d’aide amplement sollicités
Le milieu industriel se tire relativement bien d’affaire dans les circonstances. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Afin de se prémunir des effets de la crise, les entreprises du secteur n’ont pas hésité à avoir recours aux différents programmes d’aide dont disposent la MRC de Maria-Chapdelaine et ses partenaires. Et les effets semblent positifs.

« Nous avions des fonds à la SADC et à la MRC afin de soutenir le fonds de roulement des entreprises. La MRC disposait d’environ 1 M$ et à la fin juillet, nous avions prêté la totalité des sommes », mentionne le coordonnateur au développement à la MRC de Maria-Chapdelaine, Guy Grenier.

Parallèlement, le fonds d’urgence pour les PME octroyé par Québec disposait d’une enveloppe de 820 000 $ pour le territoire de Maria-Chapdelaine. À ce jour, plus de 300 000 $ ont été engagés.

Ces sommes ont permis aux entreprises de souffler et de passer à travers les moments difficiles sans pour autant écouler toutes leurs liquidités.

« Le constat qu’on trace, c’est que les entreprises se sont garanti un fonds de roulement à court terme grâce à l’argent en provenance des gouvernements. Dans l’ensemble, nos entreprises industrielles se portent relativement bien. Le domaine commercial a été davantage touché, cependant. »

Pour le secteur commercial, une partie de la stratégie de la MRC était de se positionner comme un facilitateur pour aider les entreprises à effectuer un virage vers le commerce en ligne.

Guy Grenier précise à cet égard que la SADC Maria-Chapdelaine a plus de 90 000 $ d’engagés en ce sens et que la MRC a pour sa part investi plus du quart du montant de 100 000 $ rendu disponible.

Résilience

Si le début de la crise a été très insécurisant pour plusieurs, la rapidité avec laquelle les gouvernements sont entrés en action semble avoir permis d’éviter le pire. Certaines entreprises ont en effet connu une période extrêmement achalandée dans les semaines qui ont suivi le confinement, mais ce n’est pas non plus la norme.

« L’aide des gouvernements va avoir permis de limiter la baisse du chiffre d’affaires. Dans beaucoup de cas, il ne devrait pas y avoir d’écart majeur dans les profits grâce à l’aide des gouvernements. C’est aussi parce que nos entreprises ont géré avec parcimonie. À court terme, on peut dire que nos entreprises ont bien résisté au choc. »

Le milieu de la restauration et les petites entreprises touristiques en ressortent cependant malmenés.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des