Le manque de main-d’œuvre fait d’autres victimes

Le manque de main-d’œuvre fait d’autres victimes
L’Auberge La Diligence, de Dolbeau-Mistassini, subit les contrecoups de la pénurie de main-d’œuvre. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

La pénurie de main-d’œuvre fait une autre victime dans le milieu. L’Auberge La Diligence est forcée de limiter grandement les heures qu’elle consacre à la restauration, faute de personnel pour assurer l’opération des cuisines.
Des rumeurs ont même couru que l’établissement pourrait fermer ses portes, mais elles ne s’avèrent pas fondées, assure l’homme d’affaires Benoît Rousseau, copropriétaire du Motel Chute des Pères et de l’Auberge La Diligence.
«Non, il n’est pas question de fermeture. La Diligence va très bien, nous louons nos chambres et nous n’avons pas un cent de dette. C’est seulement à la restauration que l’on est forcé de fermer en partie, parce que l’on n’a pas de monde. Si je trouve des gens, je repars ça demain matin!»
Restaurant
Incapable de recruter le personnel dont elle a besoin en cuisine, la direction a décidé de restreindre ses activités. On ne sert maintenant que des brunchs et des déjeuners, le restaurant n’étant pas accessible en soirée, hormis pour des réceptions.
«Nous offrons un coupon à notre clientèle pour qu’elle puisse se rendre manger au Chute des Pères, mais même là, on peine à trouver les employés dont on a besoin.»
Si la pénurie de main-d’œuvre frappe également le Chute des Pères, la direction parvient à maintenir en place l’ensemble des services. Quelques employés de plus ne seraient cependant pas de trop, assure-t-on.
Du jamais vu
«Ça fait 25 ans que j’ai la Diligence et 48 ans que j’ai le Chute des Pères et je n’ai jamais vu ça! En incluant mon père, ça fait 60 ans qu’on est dans l’hôtellerie et c’est la première fois que je vois une telle situation.»
Propriétaire d’entreprises dans plusieurs domaines, Benoît Rousseau concède que les autres secteurs d’activités, dans lesquels il œuvre, ont aussi leurs défis.
«C’est la même chose dans la quincaillerie. On manque de livreurs et de commis. À Saint-Félicien, je n’ai plus personne pour la livraison par camion girafe, alors je dois passer par Roberval.»
Bien qu’il manque de main-d’œuvre, Benoît Rousseau précise que le défi en gestion demeure de trouver les bons candidats. La pénurie ne doit pas être un prétexte pour engager n’importe qui, affirme-t-il.
 

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
vincentMichel Auteurs de commentaires récents
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Michel
Invité
Michel

Je comprends nous manquions de travail au Lac il y a 20 ans , alors nous sommes parti pour les grandes villes

Michel
Invité
Michel

Je comprends nous manquions de travail au Lac il y a 20 ans , alors nous sommes parti pour les grandes villes

vincent
Invité
vincent

il faut pallier la pénurie de main d’oeuvre en restauration en revalorisant ces métiers et en améliorant les conditions de travail par toute une série de mesures d’accompagnement : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=518

vincent
Invité
vincent

il faut pallier la pénurie de main d’oeuvre en restauration en revalorisant ces métiers et en améliorant les conditions de travail par toute une série de mesures d’accompagnement : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=518