L’autocueillette de camerise en croissance constante

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
L’autocueillette de camerise en croissance constante
Christina Fortin-Ménard est actionnaire à 50% du Verger CamNord avec son père, Marc Fortin. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

La camerise n’a certainement pas la notoriété du bleuet, mais elle gagne à être connue. Le Verger CamNord de Normandin peut en témoigner, lui qui voit sa clientèle en autocueillette doubler d’année en année.

« La croissance est importante, car on reçoit chaque année environ le double de gens que l’année d’avant. On peut revoir les mêmes gens qui reviennent, car ils ont adopté le fruit, mais ils sont aussi des ambassadeurs qui font découvrir la camerise autour d’eux », mentionne Christina Fortin-Ménard, copropriétaire du Verger CamNord avec son père, Marc Ménard.

Passion

Aujourd’hui âgée de 24 ans, la jeune agricultrice a lancé son projet sur les terres familiales en 2015. Elle a d’abord planté 6 000 plants de camerise la première année. Convaincue dès 2016 du potentiel du petit fruit, elle a ajouté 12 000 plants pour porter le verger à 18 000 plants.

« J’ai toujours su que je voulais avoir mon entreprise agricole. J’ai étudié en production animale en pensant que j’aurais des animaux, mais avec la présence de quartiers résidentiels tout près, je cherchais une alternative moins dérangeante. C’est vraiment devenu une passion. »

Le Verger CamNord propose l’autocueillette ou encore la vente en kiosque de fruits déjà récoltés. Une partie est également récoltée mécaniquement pour aller sur le marché congelé. La moitié du verger est certifié biologique et l’autre moitié est en transition pour le devenir.

Offre

L’entreprise propose six variétés distinctes de camerise pour bien équilibrer la récolte et possède amplement d’espace pour aller plus loin.

« J’aimerais bien ajouter des plants de framboise. Ça nous permettrait de nous diversifier, mais aussi d’allonger la saison pour les gens qui veulent faire de l’autocueillette. La clientèle est là, alors ce serait le fun de leur offrir quelque chose de plus. »

Comme les plants de camerise de CamNord ne sont pas encore à maturité, ils le seront autour de 2022-2023, la productivité continuera d’augmenter d’année en année.

« Actuellement, je dirais que le rendement des plants double chaque année. »

Cette saison, le Verger CamNord a fait quelques modifications pour rendre l’expérience d’autocueillette plus intéressante pour les jeunes familles. En partenariat avec la Petite ferme à Orace, les visiteurs peuvent y côtoyer des petites chèvres et des lapins.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des