Développement agricole : un enjeu de relève… à relever!

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Développement agricole : un enjeu de relève… à relever!
François Potvin est conseiller en développement agricole à la MRC de Maria-Chapdelaine. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

La MRC de Maria-Chapdelaine a voulu envoyer un signal clair au monde agricole en se dotant, ces derniers mois, d’un tout nouveau poste de conseiller en développement agricole.  Un secteur d’activités où les enjeux sont nombreux, notamment en matière de relève.

L’agriculture, on la tient un peu pour acquise. Elle a toujours été dans le paysage et on a tous de la famille ou des connaissances qui en vivent. Il y a vraiment une volonté de la MRC de se rapprocher du milieu agricole, d’être sur le terrain », souligne le conseiller en développement agricole en question, François Potvin.

Pour assurer la pérennité de l’agriculture, il conviendra de trouver une relève prête à reprendre les exploitations agricoles. Il s’agira là d’un des mandats névralgiques auquel s’attaquera François Potvin.

« C’est un gros rôle que l’on va devoir jouer. Il faut faire du maillage entre les cédants et ceux qui sont prêts à acheter. Il y a bien sûr la relève familiale, mais aussi la relève non apparentée. Il faut trouver les bons matchs. »

À cet égard, le conseiller en développement agricole précise qu’il faut être actif pour dénicher des jeunes prêts à s’investir dans la reprise d’une exploitation agricole. Entre autres, le sud du Québec représente un terreau fertile puisque l’endroit est déjà très fortement occupé par l’agriculture alors que le haut du lac ne manque pas d’espace.

Préparation

L’autre enjeu de taille, c’est d’accompagner les agriculteurs dans leur préparation en vue de céder leur entreprise.

« Idéalement, à la mi-cinquantaine, il faut avoir commencé à se préparer pour pouvoir assurer la pérennité de l’entreprise, car c’est un processus complexe qui doit être bien établi. »

François Potvin indique cependant que tout n’est pas à construire puisque le programme Arterre constitue un excellent canevas de base avec lequel travailler pour accompagner les producteurs agricoles.

Fonds

La MRC dispose également de certains sommes pour appuyer les projets de jeunes agriculteurs et s’était d’ailleurs dotée d’une stratégie en la matière.

« La stratégie Agri-Relève avait été mise en place il y a quelques années et on va la dépoussiérer. Il y a également des discussions avec les autres MRC, car même si nous avons des limites administrativement, les agriculteurs, eux, n’en ont pas. »

La MRC et Desjardins ont investi 50 000 $ chacun dans cette stratégie qui permet de consentir des prêts de 5 000 $ par promoteurs. La MRC dispose également d’un second fonds qui, lui, peut offrir un prêt allant jusqu’à 25 000 $.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des