Des usines de congélation connaissent un ralentissement

Denis Hudon
Des usines de congélation connaissent un ralentissement
Usine de congélation de bleuets. (Photo : Trium Médias - archives)

Plusieurs usines de congélation de bleuets du Lac-Saint-Jean roulent au ralenti au retour des Fêtes.

Il semble que l’entrée en scène de la nouvelle usine Congèlerie Héritier inaugurée il y a à peine six mois à Normandin et qui regroupe une trentaine de producteurs de bleuets, soit venue quelque peu mêler les cartes.

C’est du moins ce que croit Pascal Hudon, directeur des trois usines de congélation de Bleuets sauvages du Québec à Saint-Bruno, Dolbeau-Mistassini et Saint-Félicien.

« Jusqu’à trois ans passés, nos usines roulaient à plein régime. Encore avant les Fêtes, ça allait bien. En ce début de l’année 2020, on fonctionne au ralenti. Nous traitons beaucoup moins de volumes de bleuets. C’est vrai que la récolte n’a pas été cette année aussi forte qu’au cours des trois années précédentes ».

Celui-ci pointe aussi du doigt la nouvelle usine à Normandin.

« Présentement, nos usines tournent à environ 60 % de leurs capacités. On a dû couper des quarts de travail en certains endroits et mettre des travailleurs à pied. La nouvelle usine à Normandin a beau dire qu’elle a créé des emplois, si ailleurs on doit faire des mises à pied, la région n’est pas gagnante du tout », dénonce Pascal Hudon.

Selon lui, les usines de son groupe au Lac-Saint-Jean fonctionnent présentement avec une centaine de travailleurs, au lieu de 150 en temps normal.

Autres usines

Chez Bleuets Mistassini, le codirecteur Mario Bussière parle d’un rythme soutenu à l’usine de congélation et de déshydratation de bleuets.

« Malgré une saison de récolte moyenne, on ne parle pas ici d’une baisse marquée des opérations, tout juste une légère diminution. Ce sera quand même une bonne année ».

Du côté de Congèlerie Héritier à Normandin, on ne peut faire de comparaison puisque l’usine de congélation n’est ouverte que depuis six mois.

« L’usine opère avec douze employés à temps complet et sept membres du personnel cadres. On fonctionne avec un quart de travail et il n’y a eu aucune journée d’arrêt. Les commandes ont un peu ralenti, mais c’est normal en ce temps-ci de l’année. Je ne suis pas inquiet », dit Sébastien Tremblay, responsable des opérations à l’usine.

L’objectif est toujours de congeler annuellement entre 8 et 12 millions de livres de petits fruits et légumes nordiques.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des