Cabaret du succès : une bonne tape dans le dos des entreprises

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Cabaret du succès : une bonne tape dans le dos des entreprises
Éric Brassard, représentant ici la famille de feu Henri-Paul Brassard, Dany Boutin, président d’honneur, et Guillaume Ratté, président du comité organisateur du Cabaret du succès. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Plus d’une vingtaine d’entreprises verront leurs bons coups soulignés, le 25 mai, à l’occasion de la 8e édition du Cabaret du succès de la Chambre de commerce et d’industrie de Dolbeau-Mistassini.
Événement qui se tient aux deux ans, le Cabaret du succès se veut une occasion de propager la bonne nouvelle et de faire connaître les initiatives, projets et idées ayant contribué au développement économique et au dynamisme local.
Dans une formule légèrement renouvelée, l’édition 2019 proposera un éventail de catégories refondues, à savoir : Nouvelle entreprise, Relève/transfert, Innovation, Tourisme, Agro/Bioalimentaire et Foresterie. Cette dernière catégorie étant une nouveauté.
« La Foresterie reste le poumon économique du haut du lac. Ce sont des gens que l’on voit peut-être un peu moins, car ils sont en forêt la semaine, mais ça demeurait très important de reconnaître leur apport à notre milieu », a souligné Guillaume Ratté, président du comité organisateur.
Celui-ci rappelle que le Cabaret du succès n’est pas un concours et que les entreprises inscrites, pourvu qu’elles respectent les critères de base de la catégorie, seront toutes reconnues.
Le Cabaret du succès 2019 est placé sous la présidence d’honneur de Dany Boutin, propriétaire des marchés Métro de Dolbeau-Mistassini et Saint-Félicien.
Bourse
La grande nouveauté de 2019 au Cabaret du succès est sans doute la Bourse Henri-Paul Brassard, d’une valeur de 10 000 $. Celle-ci sera attribuée en fonction d’une grille de critères et d’une analyse complétée par un jury indépendant.
La famille Brassard espère ainsi appuyer la création d’emplois dans le haut du lac.
« Il fut un temps où les jeunes allaient volontairement vers les grands centres, mais je suis convaincu que, de plus en plus, les jeunes n’auront pas le goût de vivre le rythme de vie infernal de la grande ville et choisiront plutôt les régions. Pour ça, il faut pouvoir leur offrir des emplois stimulants et c’est ce à quoi on espère modestement contribuer », a indiqué Éric Brassard.
L’activité aura lieu le 25 mai, dans le foyer de la Salle Desjardins-Maria-Chapdelaine.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des