Bail de la centrale Jim-Gray : Dolbeau-Mistassini rompt avec la position de la MRC

Serge Tremblay, journaliste de l'initiative de journalisme local
Bail de la centrale Jim-Gray : Dolbeau-Mistassini rompt avec la position de la MRC
Papetière de Dolbeau-Mistassini. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Alors que la MRC de Maria-Chapdelaine revendique que la papetière de Dolbeau-Mistassini figure à la liste des usines rattachées au renouvellement du bail d’exploitation de la centrale de la rivière Shipshaw par Produits forestiers Résolu, la Ville de Dolbeau-Mistassini n’entend pas en faire autant.

Lors de la dernière séance publique du conseil de la MRC de Maria-Chapdelaine, les élus ont adopté une résolution pour exiger que la papetière de Dolbeau-Mistassini figure à la liste des installations qui doivent être maintenues en exploitation en vertu du bail de la centrale Jim-Gray.

Le préfet Luc Simard avait alors indiqué qu’il ne comprenait pas pourquoi la papetière dolmissoise était la seule du groupe dans la région à ne pas être incluse et que cela pourrait poser un problème d’iniquité au niveau régional

Dolbeau-Mistassini

L’ordre du jour de la séance ordinaire du 21 septembre du conseil de ville de Dolbeau-Mistassini comprenait un point semblable, mais celui-ci a été retiré à la dernière minute.

« Il faut remonter à la fermeture de l’usine et vous savez que c’est un dossier que je connais bien. Lorsque nous avons procédé à la réouverture de l’usine, notre barrage à nous, c’est la cogénération. Donc, le bail de la rivière Shipshaw, pour nous, ça n’a pas nécessairement d’impact. Je pense que ce qui fait la force de l’usine de Dolbeau, c’est la cogénération », a expliqué le maire, Pascal Cloutier, qui était à l’époque président du syndicat des travailleurs de l’usine.

Celui-ci ajoute qu’il ne croit pas que si une usine devait fermer ses portes pour une question de marché, que le gouvernement couperait les droits hydrauliques pour autant.

Absent

Pascal Cloutier précise qu’il n’était pas présent lors des dernières rencontres de la MRC de Maria-Chapdelaine et qu’il n’a donc pas participé aux discussions entourant la résolution qui a été adoptée.

« Je ne pense pas qu’il y avait nécessité de faire une résolution (pour le bail de la centrale Jim-Gray). Pour l’usine de Dolbeau, ce qui va garantir notre avenir, c’est de continuer à exploiter la cogénération, des coûts par tonne compétitifs, d’être capable de faire différents grades de papier et évidemment une fibre de qualité, puisque l’on a l’avantage d’avoir une fibre d’épinette noire. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Stephane Marcoux
Stephane Marcoux
17 jours

Très déçu de la position de notre maire. Ce n’est pas ce que semble désirer la population. Une telle entente ne ferais que renforcer la position de Dolbeau.

Jean-Yves Nadeau
Jean-Yves Nadeau
17 jours

Le contrat d’achat d’électricité par Hydro-Québec avec la centrale de cogénération de 26 MW de Dolbeau exige la production d’électricité sur 15 ans (fin en 2027), dont un minimum de 15% de vapeur provenant de l’usine, et un minimum de75% de biomasse forestière. La Ville de Dolbeau-Mistassini doit travailler pour le renouvellement de ce contrat et même y ajouter des garanties d’emplois plus explicites si nécessaire, car ce contrat garantie à lui seul la pérennité de l’usine. https://www.hydroquebec.com/data/achats-electricite-quebec/pdf/contrats/pf-resolu-dolbeau.pdf