Budgets municipaux : un exercice ardu pour les municipalités rurales

Budgets municipaux : un exercice ardu pour les municipalités rurales
Les défis de préparer un budget.

TAXES. Dans le cadre du Dossier TC sur la taxation des contribuables et citoyens des municipalités, le Nouvelles Hebdo a demandé à des maires de municipalités rurales comment on peut concevoir un budget annuel qui tient compte de la capacité de payer des contribuables.

CONSULTEZ NOTRE CARTE INTERACTIVE.

Ainsi, pour le maire de Saint-Edmond-les-Plaines, Rodrigue Cantin, les coupures imposées dans le cadre du pacte fiscal ont obligé les élus à aller chercher dans les poches des contribuables ce manque à gagner.

« Pour assurer le maintien des services, nous devons administrer de façon serrée et nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir des bris majeurs sans devoir défoncer nos prévisions », commente M. Cantin.

Pour le maire de Girardville, M. Michel Perrault, la préoccupation de tenir compte de la capacité de payer des contribuables est au coeur de la conception du budget. « Nous pouvons réaliser notre budget pour assurer une quantité et une qualité de services tout en maintenant une facture de taxes acceptable. Toutefois on se doit de gérer et d’administrer de façon serrée pour ne pas défoncer les prévisions », déclare M. Perreault.

Des projets sur la glace

À Saint-Augustin, le maire Daniel Côté précise que pour tenir compte de la capacité de payer des contribuables, les élus choisissent de retarder la réalisation de projets. « Nous ne pouvons pas augmenter la facture de taxes puisqu’à Saint-Augustin, nous n’avons pas d’industries et que les entreprises agricoles sont déjà fortement taxées », souligne M. Côté.

Un surplus accumulé qui fond

Pour le maire de Saint-Stanislas, M. Mario Biron, pour ne pas augmenter la facture de taxes, la municipalité se doit de recourir aux surplus accumulés. « Nous ne sommes pas dans la situation où nous devons couper dans les services, mais nous devons recourir à nos surplus accumulés pour ne pas augmenter la facture de taxes », souligne M. Biron.

Réduction des dépenses

À Saint-Thomas-Didyme, le maire Denis Tremblay précise que pour ne pas augmenter indûment la facture de taxes on privilégie la réduction des dépenses au sein de la municipalité. Cette situation fait en sorte que l’on octroie essentiellement des crédits pour effectuer l’entretien des infrastructures et que l’on reporte dans le temps les travaux de réfection de ces mêmes infrastructures.

À Saint-Eugène-d’Argentenay, le maire Michel Villeneuve mentionne que dans son coin de pays, les élus ont décidé de gérer de façon serrée les dépenses municipales, pour ne pas à avoir à couper dans les services

Vieillissement de la population

À Notre-Dame-de-Lorette, le maire Daniel Tremblay se dit préoccupé par le vieillissement de la population et de la capacité de payer des retraités. « Nous ne pouvons augmenter la facture de taxes puisque les retraités ont moins de revenus et qu’ils sont de plus en plus nombreux dans le village », souligne Daniel Tremblay.

À LIRE ÉGALEMENT

Qui en a le plus en poche dans Maria-Chapdelaine?

 

Quelles sont les villes les plus gourmandes dans Maria-Chapdelaine?

 

Partager cet article