Développement économique local : chacun doit faire sa part!

Développement économique local : chacun doit faire sa part!

Camil Vézina est président de la SIDAC. (Photo Trium Médias - Guillaume Pétrin)

Camil Vézina, président de la SIDAC, considère plusieurs facteurs, dans son analyse de la santé commerciale locale. Le vieillissement de la population, les prix, ainsi que d’autres enjeux locaux comme les stationnements, font tous partie de l’équation économique. Il ne cache toutefois pas son positivisme et optimisme, face à tous ces enjeux.

Par Guillaume Pétrin

«Le commerce de détail va actuellement de la même façon que l’économie.» Il met en garde tous ceux et celles qui ont tendance à sauter aux conclusions hâtives.

Par exemple, il relativise considérablement l’impact réel du commerce électronique.

«Le commerce électronique est un compétiteur comme un autre. L’internet, c’est environ 4% actuellement, chiffre qui pourrait doubler d’ici quelques années. Mais cet objectif est encore loin d’être atteint.»

Selon lui, l’internet devrait plutôt être considéré comme une source d’information et un outil, mis autant à la disposition du consommateur, que du vendeur.

Neuf adultes québécois sur dix consultent internet pour s’informer, avant d’effectuer leur achat final.

Population vieillissante

Camil Vézina souligne l’importance du vieillissement de la population comme étant facteur affectant les changements dans les habitudes de consommation.

Ce facteur l’inquiète d’autant plus, considérant la pénurie de main d’œuvre qui sévit présentement, dans tous les secteurs économiques, dont le commerce de détail.

Il affirme que les commerçants devront être innovants s’ils veulent survivre à long terme.

Acheter local, acheter un prix

Le copropriétaire de plusieurs commerces à Dolbeau-Mistassini rappelle que les gens magasinent en évaluant, entre autres, deux variables: le prix et la qualité du produit.

Il mentionne l’importance, pour les commerçants, de demeurer compétitifs en adoptant des politiques de prix concurrentiels au reste du marché global.

La relation entre le consommateur et le vendeur se doit d’être une forme d’engagement mutuel, gagnant pour tous.

Camil Vézina assure qu’en respectant une telle forme d’entente, les retombées économiques et sociales seront nombreuses et diversifiées, pour l’ensemble de la communauté.

Plus de stationnements

Selon notre interlocuteur, une difficulté tangible reste à solutionner impérativement. «Le plus gros enjeu est l’espace de stationnement disponible, c’est le nerf de la guerre.»

Il reste, toutefois, qu’il existe actuellement quelques possibilités d’aménagement pour bonifier l’offre de stationnement.

 

Poster un Commentaire

avatar