Une murale splendide à Jean-Dolbeau

Denis Hudon
Une murale splendide à Jean-Dolbeau

Dolbeau-Mistassini – Les arts visuels font partie d’une tradition qui remonte aux premiers jours de la polyvalente Jean-Dolbeau et qui se poursuit encore aujourd’hui. Kim Morin est l’une de ces élèves qui poursuivi cette tradition avec la création d’une murale qui en met plein la vue.

Étudiante en 5e secondaire au cours de la dernière année, Kim Morin a consacré beaucoup d’heures ces deux dernières années à réaliser une œuvre murale de format géant qui longe un des couloirs de l’école.

D’ailleurs, cette polyvalente compte des centaines d’œuvres d’élèves, d’hier à aujourd’hui, figées dans le temps sur les murs à l’intérieur de l’établissement.

« Kim a un talent artistique d’un autre niveau. Je vois beaucoup de jeunes qui ont du talent et qui se démarquent en arts visuels. Mais un talent pur comme celui de Kim, on n’en croise peu dans une vie. Elle a un talent fou », lance sans hésiter son enseignante, Manon St-Pierre.

À ce point impressionnée par son talent inné, l’enseignante en arts visuels a accordé à son élève une note de 100 %.

« J’ai déjà donné dans ma carrière des notes allant jusqu’à 96 %, pour des travaux d’ailleurs impressionnants. Mais jamais auparavant une note parfaite ».

Deux profs lui ont même achetée une peinture, à titre personnel.

Fascinée par les couleurs

La principale intéressée, elle, dit avoir toujours aimé les arts, surtout le dessin et la peinture.

« Ma grand-mère peignait des aquarelles. J’ai sûrement hérité de cet amour pour la peinture un peu d’elle. J’ai toujours aimé le dessin et je gribouille constamment », lance pour sa part Kim Morin.

Celle qui est inscrite pour l’automne prochain en sciences humaines au Cégep de Saint-Félicien dit être particulièrement fascinée par les couleurs, les visages et aussi les paysages.

Et c’est ce qu’on peut apercevoir sur sa murale, une œuvre saisissante qui accroche tout de suite l’œil, dès qu’on arpente ledit couloir. Surtout, la jeune artiste peint rapidement et tout naturellement.

Kim Morin compte une autre réalisation permanente avec une œuvre complétée à la fin de 2018.  Il s’agit d’une peinture réalisée sur la porte d’une classe de français. Elle a été inspirée par le thème des contes féeriques.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *