Le chant du cygne pour les chorales peut attendre

Photo de dhudon
Par dhudon
Le chant du cygne pour les chorales peut attendre
(Photo : Courtoisie)

Les chorales ont vécu les pires moments de leur existence pendant cette pandémie. Elles ont cru un moment que le chant du cygne était tout proche. Or, la chorale Écho des ­Chutes s’en remet lentement, mais sûrement, et sera de retour sur scène le 21 mai avec son concert 40 ans au rythme du choeur à la ­Salle ­Desjardins-Maria-Chapdelaine.

Initialement, ce concert devait être présenté en 2020, mais on connaît la suite. C’est ce spectacle remanié au goût du jour qui sera offert au public. La chorale a pu quand même se produire en 2021, mais de façon plus modeste avec un spectacle en décembre dans le cadre du ­Marché de ­Noël au ­centre-ville du secteur ­Dolbeau. Christine ­Dallaire est la cheffe de chœur. Elle occupe la même fonction avec la chorale ­Les ­Amis d’la chanson de ­Saint-Félicien.

« ­Ces deux dernières années de pandémie ont été très difficiles pour la chorale. On vivait continuellement d’espoir et de désespoir. Après une longue attente, nous sommes prêts à livrer enfin ce concert qui souligne nos quarante ans », dit la présidente, ­Linda ­Comeau.

Une vingtaine de chants, joyeux et d’autres un peu moins, à l’image de ces deux années de pandémie, seront réunis pour ce concert. Environ 35 choristes seront sur scène.

« ­Deux ans sans chanter, c’est difficile à se remettre en voix. C’est compliqué avec la distanciation sociale. On a perdu aussi quelques membres pendant cette période. Avant la pandémie, nous étions un groupe de 41 choristes. On espère les récupérer et aussi recruter des jeunes. C’est un beau loisir et le chant fait tellement de bien. »

Linda ­Comeau admet qu’il y a eu des périodes où elle a bien cru que c’en était fait de la chorale.

« C’est normal après une absence aussi longue que des gens se tournent vers d’autres activités plus simples à pratiquer en temps de pandémie. Oui, j’ai eu peur que ça s’­arrête-là pour notre chorale. Heureusement, l’enthousiasme est toujours au ­rendez-vous et c’est de bon augure pour la suite des choses ».

Vol au ­Vent

La chorale ­Vol au ­Vent, davantage axée sur la comédie musicale, ne l’a pas eu plus facile non plus. La pandémie a mis les membres à rude épreuve.

« Ça n’a pas été facile ni simple. C’était continuellement l’incertitude. On faisait des pratiques avec un objectif de présenter notre concert, puis on devait arrêter avec les restrictions sanitaires, puis reprendre, puis arrêter encore. Notre dernière pratique remonte à novembre dernier. On devait présenter notre spectacle ­Tout inclus. Finalement, la décision a été prise de faire une pause et de reprendre nos activités seulement à compter de l’automne prochain. Du moins on l’espère », lance la présidente ­Chantal ­Boulianne.

Le dernier concert de ­Vol au ­Vent remonte à 2018 (Rose ­Latulipe « ­La légende »).

« ­Ce n’est pas la fin pour notre chorale, j’espère que non. Nous sommes la plus ancienne chorale au ­Saguenay-Lac-­Saint-Jean. Une histoire qui remonte à 1961 et ça doit continuer », conclut ­Chantal ­Boulianne.

Jannie ­Villeneuve est la cheffe de chœur de ­Vol au ­Vent.

Partager cet article