Intronisée à l’Ordre du Bleuet : Julie Boulianne est très attachée à ses racines

Par Denis Hudon
Intronisée à l’Ordre du Bleuet  : Julie Boulianne est très attachée à ses racines
Julie Boulianne dans une interprétation de Béatrice et Bénédict à l’Opéra de Boston. (Photo : courtoisie)

La mezzo-soprano Julie Boulianne sera intronisée le 14 juin prochain à l’Ordre du Bleuet, avec neuf autres lauréats, pour sa contribution de manière exemplaire à la richesse culturelle du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
La Dolmissoise d’origine interprète les grands rôles d’opéras sur les scènes européennes et américaines depuis près de 15 ans.
Actuellement en tournée européenne, l’artiste a accepté volontiers de donner ses premières impressions à la suite de cette annonce par la Société de l’Ordre du Bleuet. C’est du Festival de Glyndebourne, au Royaume-Uni, qu’elle a réagi.
« Je suis vraiment très heureuse d’être intronisée à l’Ordre du Bleuet cette année. Je le vois comme un message de ma région natale dont les encouragements n’ont pas été vains. »
Julie Boulianne note que le Saguenay-Lac-Saint-Jean encourage beaucoup ses artistes et ses athlètes.
« C’est important de continuer de la faire. Le talent est une chose, le faire évoluer en est une autre. Quand j’ai quitté la région, à 20 ans, j’avais vraiment l’impression que je pouvais faire quelque chose de décent avec mon art, parce que j’avais déjà reçu tellement de soutien et d’encouragements. Je reçois donc cette attention de la part de la région en me disant que j’aimerais renvoyer la balle parce que c’est ensemble qu’on a fait du bon boulot. »
Un feu roulant…
Elle se dit aussi très honorée de rejoindre plusieurs personnalités avant elle, et qu’elle admire. Elle ajoute que les marques de reconnaissances sont les bienvenues à toutes les étapes d’une carrière artistique.
« J’adore ce que je fais, c’est un métier formidable, mais qui exige aussi beaucoup de sacrifices. Il faut faire preuve de discipline, avoir une grande capacité d’adaptation, savoir bien gérer la solitude et aimer la musique plus que tout. »
Julie Boulianne termine une saison bien remplie à Glyndebourne : la Philharmonie de Berlin, le Concertgebouw d’Amsterdam, la Philharmonie d’Essen, l’Opéra du Rhin et l’Opéra national de Loraine.
« Je vais bientôt faire un saut de trois semaines à mon nouveau chalet sur le bord du lac Saint-Jean. »
Puis elle reprendra le boulot pour une nouvelle saison au Domaine Forget avec les Violons du Roy, ensuite le Royal Opera de Londres à Covent Garden, une tournée au Japon, les Opéras de Lyon, de Vancouver, de Francfort et le Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, puis retour au Metropolitan Opera de New York.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des