Compteurs d’eau dans les commerces : il faudra bientôt payer à la consommation

Compteurs d’eau dans les commerces : il faudra bientôt payer à la consommation

Compteur d'eau. (Photo depositphotos.com - trofoto)

La Ville de Dolbeau-Mistassini déploiera des compteurs d’eau, dans un grand nombre d’industries, de commerces et d’institutions, au cours des prochains mois. Un prélude à une tarification en fonction de la consommation.

Le gouvernement du Québec impose cette démarche à la Ville, car celle-ci n’a pas rencontré les cibles fixées, en matière d’économie d’eau potable.

«Nous devons procéder à une première vague d’installation dans 250 industries, commerces et institutions, d’ici le mois de septembre. Une employée débutera une visite des établissements ciblés très bientôt», mentionne le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier.

Cette visite permettra à l’employée municipale de cibler exactement le type de compteur d’eau qu’il faudra utiliser dans chacun des édifices et d’établir les meilleures procédures d’opération et de prise de relevé.

Ce processus doit s’amorcer incessamment, mais le maire Cloutier est d’avis qu’il n’est pas réaliste de croire que tout pourra être fait dans les temps, en vue du mois de septembre.

Facturation

À terme, la ville de Dolbeau-Mistassini instaurera une facturation en fonction de la consommation de chacun.

Actuellement, la tarification pour le service d’aqueduc est de 174 $ par branchement, sans égard à la quantité d’eau consommée annuellement.

«Nous allons devoir établir clairement les paramètres pour facturer à la consommation. Pour l’instant, nous n’avons encore rien déterminé à ce propos.»

Quoi qu’il en soit, le premier magistrat souligne que l’intention des élus municipaux est de trouver une formule de tarification qui reflète le coût d’opération réel du service d’aqueduc.

«L’eau, ça a un coût. Le but c’est d’économiser cette ressource, mais il n’est pas question d’essayer de nous renflouer avec ces tarifs.»

Et les résidences?

Est-ce que l’installation de compteurs d’eau dans les industries, commerces et institutions constitue un prélude à une semblable mesure dans le secteur résidentiel?

«Pas pour le moment, répond d’emblée Pascal Cloutier. Cependant, en regardant où le ministère semble vouloir aller, je crois qu’il faut être conscient que ça viendra éventuellement.»

2
Poster un Commentaire

avatar
2
0
0
 
2
Yvan PaspayerJY NADEAU
JY NADEAU
Invité
JY NADEAU

1- La Ville devrait probablement commencer par regarder la grande consommation d’eau de ses arénas (entre autre) !!!
2- La Ville devrait faire pression sur la MRC pour faire bouger les municipalités qui déversent encore leurs eaux usées sans traitement dans les cours d’eau; par exemple Notre-Dame-De-Lorette dans la rivière Mistassini, en amont de la station d’eau… potable du secteur Dolbeau !!! Moins de traitement d’eau, coût à la baisse et moins de contaminants pour les utilisateurs.
Ces 2 éléments ont beaucoup plus d’impact que de taxer la coiffeuse du quartier 😉 .

Yvan Paspayer
Invité
Yvan Paspayer

Monsieur Cloutier mettez vos culottes ! Le gouvernement et ses CIBLES FIXÉES sont sont qu’une facon DE PLUS de nous TAXER ENCORE !! On est entouré d’eau, on n’est pas le Sahara, coupez ailleurs comme dans les salaires des employés municipaux et leurs avantages antisociaux…..aye, Dolbeau c’est PAS MONTREAL cessez de nous dire qu’on gaspille, ce n’est que des PME a 10 employés qui y a Dolbeau, mis a part RESOLU, que des jobines !