Quatre avocats troquent la toge pour le vélo

Quatre avocats troquent la toge pour le vélo

On retrouve ici Me Keven Ajmo (Domaine-du-Roy); Martin Gaudreault

3000 BILLETS. Quatre avocats représentant chaque MRC de la région, Me Isabelle Boillat (Maria-Chapdelaine), Me Keven Ajmo (Domaine-du-Roy), Me Patrice Gobeil (Lac-St-Jean-Est) et Me Jane Grant (Saguenay) ont accepté de troquer leur toge contre un vélo. Ils deviennent ainsi présidents d’honneur de la 17e édition de la campagne de financement de la Véloroute des Bleuets, l’Auto-Vélo 2014.

Tous les quatre sont membres du cabinet régional Simard, Boivin et Lemieux S.E.N.C.R.L. qui compte cinq places d’affaires. Me Grant en est à sa première année de vélo, mais pour Mes Boillart, Gobeil et Ajmo, ce sont des cyclistes aguerris qui fréquentent assidûment les différents trajets de la Véloroute en fonction de lieu d’affectation professionnelle.

Ce matin, à la Maison du Vélo à Alma, en conférence de presse, ils ont été présentés dans le cadre du lancement de cette campagne de financement visant à recueillir 180 000 $ via la vente de 3000 billets à raison de 60 $ chacun.

En retour, les participantes et participants courent la chance de gagner une valeur totale en prix de 45 802,06 $ dont un véhicule CRV de Honda d’une valeur de 34 481 $ (ou 25 000 $ en argent); un prix de 5000 $; un vélo Devinci d’une valeur de 1321,06 $; trois prix de 1000 $ et quatre prix de 500 $.

À l’issue du tirage, quelque 134 000 $ reviendront dans les coffres de la Véloroute des Bleuets pour en bonifier le circuit.

« Le jour du tirage, le 25 octobre, ce sera mon anniversaire. Faites-moi le cadeau de 3000 billets vendus et je serai très content », a souligné à la blague Martin Gaudreault, président de la Corporation du circuit cyclable « Tour du Lac Saint-Jean ».

Améliorations

Par rapport au circuit de la Véloroute, la corporation travaille présentement en collaboration avec les municipalités pour en assurer la pérennité.

« La Véloroute a 14 ans cette année et elle vieillit bien. Certaines portions vont avoir besoin de réfection mais il n’y a pas de travaux majeurs à effectuer… On a toujours dans nos cartons des projets d’amélioration et le rêve idéal, ce serait que l’on ait un circuit entièrement hors-route », de conclure Martin Gaudreault.

Partager cet article