Zones inondables : Péribonka évite le pire

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Zones inondables : Péribonka évite le pire
Le maire de Péribonka, Ghislain Goulet, en avait long à dire sur le projet de décret gouvernemental qui a placé sa municipalité en pleine zone inondable avec toutes les contraintes que cela pose. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Le projet de décret du gouvernement du Québec qui vise à faire une meilleure gestion des zones inondables a fait craindre le pire à la municipalité de Péribonka. Le maire Ghislain Goulet a réussi à faire en sorte que sa localité s’en tire, mais ce ne sera pas sans heurt.

Le projet de décret adopté par le gouvernement fait suite aux inondations majeures qui ont affecté plusieurs régions du Québec au printemps dernier. À Péribonka, la quasi-totalité des propriétés riveraines s’est du jour au lendemain retrouvée identifiée comme située en zone inondable.

Conséquence : interdiction complète de construire ou reconstruire un bâtiment dans la zone ciblée. Un scénario catastrophe pour les citoyens de même que pour la municipalité, dont le projet de relocalisation du Musée Louis-Hémon se retrouvait en pleine zone inondable.

Le maire Ghislain Goulet est parvenu à mobiliser plusieurs citoyens concernés qui se sont rendus à la consultation qui avait lieu jeudi soir dernier, à Roberval.

« Toute la cartographie des zones inondables pour Péribonka sera effacée. C’est une bonne nouvelle, mais tout ça a créé de l’incertitude chez nos résidents et on va se retrouver avec des délais interminables encore une fois le temps que ce soit corrigé. C’est vraiment déplorable », lance le maire Goulet.

Après avoir déjà dû patienter de longues années pour son vaste projet incluant le déménagement du Musée dans l’église du village, la municipalité en sera quitte pour encore d’autres délais.

« Tout ça, c’est d’une incongruité totale! », laisse tomber le premier magistrat, qui a l’impression d’avoir été victime encore une fois d’un dossier piloté de façon mur à mur.

Manque d’information

Ghislain Goulet n’a vraiment pas apprécié la façon de faire du gouvernement dans ce dossier, alors que sa municipalité a été prise de court.

« On ne savait rien et on se retrouvait en zone grise, sans information. On nous a avertis à la dernière minute en plein milieu de l’été alors que les gens sont en vacances. On a eu à peine 7 jours pour essayer de se revirer de bord et parler à nos gens. Ça s’est fait dans un flou total! »

L’identification des zones inondables a été faite sur les bases de réclamation d’assurances et sur la demande de sacs de sable faite par la municipalité lorsque le niveau du lac a atteint les 18 pieds.

Comme des gens ont eu des problèmes lors d’un débordement de nappe phréatique il y a quelques années à peine, la municipalité a tout de suite été identifiée comme en zone à risque alors que le dénivelé avec la rivière est pourtant important.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des