Une saison de motoneige plus que satisfaisante

Photo de dhudon
Par dhudon
Une saison de motoneige plus que satisfaisante
(Photo : Courtoisie – Parc régional des Grandes-Rivières du lac Saint-Jean / Sophie Lavoie)

L’an dernier à pareille date, la saison de motoneige était terminée ou tirait à sa fin. Cette année, les motoneigistes profitent de l’abondance de neige pour pratiquer leur loisir préféré jusqu’en avril.

« C’est une bonne année pour la motoneige, mais c’est aussi un hiver froid », ajoute Denis Bernier, président du club de motoneige Coursier des neiges GÉANT (Girardville, Saint-Edmond-les-Plaines, Albanel, Normandin et Saint-Thomas-Didyme).

Il qualifie la saison 2021-2022 comme une année normale.

« C’est un peu meilleur que l’an dernier où on avait cessé nos activités le 21 mars. On a pu commencer tôt cette année, dès le mois de novembre. Je crois qu’on va pouvoir faire de la motoneige encore deux autres semaines ».

Denis Bernier a remarqué cet hiver qu’il y avait plus de touristes qui circulaient dans les sentiers au nord du Lac-Saint-Jean.

« On se fait poser beaucoup de questions, des motoneigistes qui arrivent d’autres régions et demandent des informations. Les bonnes conditions de neige et d’entretien de nos sentiers attirent des motoneigistes de partout », poursuit le président.

Si la hausse du prix de l’essence n’a pas vraiment ralenti les ardeurs des motoneigistes, il a cependant affecté les budgets des clubs.

« Ça n’a pas paru sur l’achalandage, mais ç’a un effet direct sur nos dépenses. On a un chiffre d’affaires de 200 000 $ et 475 membres, mais la hausse du carburant a aussi augmenté nos dépenses. L’entretien des sentiers avec nos deux surfaceuses, ça coûte plus cher en essence. C’est environ 700 $ par jour de sortie pour l’entretien des sentiers, dont 600 $, seulement en essence », lance le président Denis Bernier.

Club dolmissois

Le Club de motoneige de Dolbeau-Mistassini a non seulement rejoint le nombre de membres d’avant la pandémie, mais il l’a même dépassé. Le club compte 736 membres cet hiver, comparativement à 630 l’an dernier et 672 en 2020.

« C’est comme ça pour à peu près tous les clubs cette année. Les gens ne pouvaient plus voyager alors plusieurs ont décidé de s’acheter une motoneige », explique Marie Bérubé, présidente du club dolmissois.

Elle considère la présente saison comme étant dans les normes. Il reste encore quelques jours, voire quelques semaines encore pour pratiquer la motoneige.

« C’est le printemps et on ne sait jamais ce que va nous donner Dame nature. On en profite, au jour le jour ».

Marie Bérubé avoue que la fermeture des relais en début de saison a nui.

« Les motoneigistes ont modifié un peu leurs habitudes avec des sorties en boucles pour certains et un bon déjeuner au départ de la maison. Ensuite, les relais ont rouvert ».

Les passes journalières ont par ailleurs marqué la saison 2021-2022. La présidente constate une bonne augmentation au chapitre de la vente de droits d’accès journaliers. La belle température y serait pour beaucoup.

Par ailleurs, la hausse du prix de l’essence est un coup dur pour le budget du club qui a trois surfaceuses pour entretenir 240 km de sentiers. Les forts vents, les rafales et le froid ont mis rudement la machinerie à l’épreuve, ce qui s’est reflété sur les factures d’essence.

 

Partager cet article