Une plateforme de compostage à Dolbeau-Mistassini

Serge Tremblay, journaliste de l'initiative de journalisme local
Une plateforme de compostage à Dolbeau-Mistassini
C’est à l’arrière du centre de transfert (le bâtiment blanc) et près de l’écocentre que l’on aménagera la plateforme de compostage. (Photo : courtoisie - Francis Doucet)

La Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR) a donné le coup d’envoi aux travaux d’aménagement d’une plateforme de compostage à Dolbeau-Mistassini. Une infrastructure essentielle alors que l’on se prépare à l’arrivée du bac brun.

Il s’agira de la première de deux plateformes à être aménagée par la RMR, l’autre devant se concrétiser au lieu d’enfouissement technique d’Hébertville-Station. Le tout s’inscrit dans un projet d’investissement de 11 M$ afin de pouvoir récupérer et valoriser adéquatement les matières putrescibles.

Dans un premier temps, toutes les matières organiques du Lac-Saint-Jean seront acheminées à la plateforme de Dolbeau-Mistassini, dont la construction sera terminée à l’automne.

La RMR ajustera par la suite sa planification du transport une fois que la plateforme d’Hébertville-Station sera livrée, soit à l’été 2021. Les nouvelles installations pourront accueillir plus de 18 000 tonnes de matières organiques, dont 10 000 tonnes à Dolbeau-Mistassini.

Fonctionnement

À Dolbeau-Mistassini, la nouvelle plateforme de compostage sera aménagée près de l’écocentre, derrière le centre de transfert.

L’endroit disposera d’une structure sous forme de tente sous laquelle les matières organiques reposeront. Une dalle de béton sera également construite afin de retenir le lixiviat (le liquide résiduel) et celui-ci sera acheminé vers un bassin de rétention par conduite gravitaire.

L’eau du bassin permettra ensuite d’irriguer une plantation de saules hybrides de quatre hectares. Ce saule hybride pourra à son tour être récolté pour être mélangé aux matières organiques puisqu’il est nécessaire d’y ajouter un mélange structurant, généralement des copeaux.

Technologie éprouvée

La RMR a choisi de se baser sur les plans d’une plateforme de compostage située à Rimouski et qui permet de produire un compost de grade A.

« On ne voulait pas jouer au poker avec l’argent des contribuables en se tournant vers de nouvelles technologies. Oui, les nouvelles technologies peuvent avoir l’air attrayantes, mais on a choisi un modèle éprouvé qui respecte nos budgets afin d’avoir un projet réaliste qui n’entrainera pas de surprises », a précisé le préfet Luc Simard, qui siège au conseil d’administration de la RMR.

La RMR opte pour la gratuité

Le compost qui sera produit dans les plateformes de compostage de la RMR sera disponible gratuitement pour les citoyens. C’est du moins le plan de la Régie, même si certains éléments demeurent à peaufiner.

« Nous n’avons pas encore établi quelle sera la méthode exacte, mais nous allons nous servir de notre réseau d’écocentres pour distribuer le compost et le rendre disponible à la population », précise le président de la RMR et préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis.

Certains mécanismes seront mis en place pour éviter que quelques individus ne s’accaparent trop de compost, mais on souhaite que les citoyens n’hésitent pas à venir s’approvisionner pour leurs projets à la maison.

Retombées

Ce nouveau volet d’activités à la RMR nécessitera l’embauche de trois employés supplémentaires, soit l’équivalent d’un emploi et demi par site.

À plus court terme, la volonté de la Régie est de favoriser autant que possible les entrepreneurs locaux dans un contexte de relance économique.

Outre les investissements de 11 M$, la prise en charge annuelle de ces nouveaux sites demandera des dépenses récurrentes d’environ 1 M$ par année.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des