Un projet-pilote novateur à Normandin

Serge Tremblay
Un projet-pilote novateur à Normandin
Le biologiste Louis Mailloux est impatient de voir les résultats de ce projet-pilote de haie brise-vent de saules hybrides. (Photo Trium Médias - Serge Tremblay)

Les problèmes de poudrerie et de lame de neige sur les routes sont un phénomène bien connu chez nous. Normandin mène actuellement un projet-pilote de 5 ans avec une haie brise-vent de saules hybrides, dont les premiers effets devraient se faire sentir dès cet hiver.

Le biologiste Louis Mailloux, de l’Agence de gestion intégrée des ressources (AGIR), est à l’origine de ce projet. Avec la collaboration de la Ville de Normandin et des propriétaires de la Ferme MLS, une haie brise-vent a été implantée sur environ 450 m le long de l’avenue Du Rocher.

« C’est une route qui est perpendiculaire aux vents dominants, alors le problème est important l’hiver. Je me suis inspiré d’André Vézina, un ingénieur forestier qui a fait ce genre de travaux dans le sud du Québec. On a utilisé le saule hybride, car ce que l’on recherche, c’est une faible porosité pour retenir la neige », explique Louis Mailloux.

Le saule hybride a aussi l’avantage de grandir rapidement et donc d’atteindre une taille suffisante dans un court laps de temps par rapport à une haie brise-vent conventionnelle.

« On a implanté cette haie en 2017 et déjà, on doit être autour de 8 pieds. À maturité, on parle de 12 à 14 à même 16 pieds de haut avec très peu de porosité. »

Le saule hybride est une espèce qui pousse rapidement et qui présente une faible porosité à maturité. (Photo Trium Médias – Serge Tremblay)

Porosité

La porosité est un facteur d’une grande importance pour une haie brise-vent, puisque c’est ce qui permettra de retenir la neige. Un tourbillon de vent est créé en raison de la présence de la haie, ce qui fait que la neige se dépose sur une distance d’environ 30 mètres de l’autre côté de la haie.

En quelques années, le saule hybride offre une porosité inférieure à celle de 50% offerte par les clôtures à neige généralement utilisée par les agriculteurs.

« Je pense que l’on aura des résultats intéressants dès cet hiver, même si une haie comme celle-ci atteint sa pleine efficacité sur un horizon de cinq ans. Pour une haie conventionnelle, il faut facilement une dizaine d’années. »

Dans une planification complète, Louis Mailloux souligne qu’en plus de la haie de saules hybrides, il suggérerait l’implantation d’une haie brise-vent conventionnelle en amont, le long des lignes de lot.

Une haie conventionnelle doit être composée d’un mélange d’essence, incluant des feuillus et du résineux.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Céline Blais Auteurs de commentaires récents
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Céline Blais
Invité
Céline Blais

Beau et bon projet qui assure une certaine sécurité sur la route, moins de poudrerie et chaussée moins glissante.