Un lait de qualité supérieure

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Un lait de qualité supérieure
La Ferme des Mésanges s’est mérité le Prix Lait’xcellent Or pour la qualité de son lait. Denis Bernier, Pascal Briand et Alexandre Bernier ne sont pas peu fiers! (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

La Ferme des Mésanges n’est pas peu fière d’avoir remporté le lauréat Or du Prix Lait’xcellent des Producteurs de lait du Québec. Une mention honorifique pour un lait qui se démarque constamment par sa qualité exceptionnelle.

@R:La mention Or du Prix Lait’xcellent indique que la Ferme des Mésanges a terminé au premier rang des 287 fermes laitières du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour la qualité du lait qui y est produit.

« C’est une belle reconnaissance. Il ne faut pas oublier que c’est un aliment que nous produisons, alors il faut fournir une qualité supérieure pour le consommateur. C’est aussi le reflet de l’importance que nous donnons à la santé de nos animaux », explique Denis Bernier.

Et cette performance, ce n’est pas un coup de chance, mais un travail de longue haleine tout au long de l’année. Une prise d’échantillons est faite aux deux jours.

« Il faut maintenir le standard toute l’année à l’occasion de 180 collectes d’échantillons. Si, une journée, tu l’échappes, tu es disqualifié. C’est une fierté et ça traduit nos efforts pour faire une gestion serrée de tout ce que l’on fait », mentionne Alexandre Bernier.

Celui-ci ajoute que cet honneur rejaillit aussi sur les employés, qui sont eux aussi engagés envers la production d’un lait de qualité.

Bien-être animal

La Ferme des Mésanges dispose de 190 têtes en incluant les génisses. Un total d’environ 80 vaches sont en lactation, toutes de race ayrshire.

« La priorité, c’est le bien-être animal. Le consommateur est de plus en plus exigeant et s’attend à cela. Les temps ont changé et tant le bien-être animal que la qualité du lait sont un objectif souhaitable. On se donne des standards élevés avec des visites régulières d’un vétérinaire par mesure préventive », souligne Alexandre.

L’attention donnée aux vaches est telle que Denis Bernier affirme s’en ressentir.

« Moi, je me sens comme les vaches. Si elles vont bien, je vais bien. Si elles ne <@Ri>feel<@$p> pas, je suis marabout! »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des