Un impact majeur pour les gyms

Serge Tremblay
Un impact majeur pour les gyms
Martial Gobeil, propriétaire du Gym Énergie de Dolbeau-Mistassini, affirme que le port du masque obligatoire sur les appareils d’entraînement a rebiffé plusieurs de ses membres. (Photo : Trium Médias - Serge Tremablay)

Dolbeau-Mistassini – Il serait grand temps que les centres de conditionnement physique puissent profiter d’un allègement des mesures sanitaires, estime Martial Gobeil, du Gym Énergie de Dolbeau-Mistassini. Depuis le port du masque obligatoire même sur les appareils, la clientèle chute constamment.

« Porter le masque en tout temps, même sur les appareils de conditionnement pour le cardio, ça ne fait pas de sens. Personne n’a le goût d’embarquer sur le tapis roulant à plein régime avec un masque. Depuis que cette mesure est en place, on connaît une diminution d’environ 50 % de notre clientèle », déplore Martial Gobeil.

Celui-ci estime que les centres de conditionnement physique sont mûrs pour obtenir un peu d’air de la part de la santé publique. Il s’accommoderait bien d’un retour à une obligation du port du masque lors des déplacements, mais avec possibilité de le retirer lors de l’exercice en contexte de distanciation.

« Le problème, c’est que l’on n’a pas de poids politique pour nous faire entendre. Les gros gyms sont situés en zone rouge et sont donc fermés. Nous, on n’est pas assez nombreux, il nous faudrait nous faire entendre! »

Clientèle en chute

Il faut dire que les gyms ont connu une année plus qu’ordinaire. Avec la restauration et certains commerces de détail, ils sont parmi les plus impactés par la pandémie et ses contrecoups. Au Gym Énergie, on a dû fermer six mois et demi sur les 12 derniers.

« Dans nos meilleurs moments, on est autour de 500 membres. Actuellement, on est dans une période où le membership diminue toujours un peu avec l’été, mais on peut-être 150, pas plus. Sans l’aide du fédéral qu’on a pu obtenir, il est clair que l’on aurait mis la clé dans la porte. »

Danger

Et le danger qui guette les gyms, c’est de voir des membres qui ont développé de nouvelles habitudes mettre fin à leur abonnement.

« On a des gens qui sont vraiment des habitués qui seront au rendez-vous, mais prenons une personne qui venait pour faire exclusivement du tapis roulant. Elle aura peut-être décidé d’en acheter et on ne la reverra pas. Il y a certainement des habitudes qui vont s’être créées. Ça amène de l’incertitude pour la suite des choses. »

Martial Gobeil estime que les centres de conditionnement physique aident de nombreuses personnes à conserver un bon équilibre sur le plan mental et physique et que l’encadrement est suffisamment sécuritaire pour permettre d’y tenir les activités avec un peu plus de latitude.

 

 

Partager cet article