Trop de déneigement au noir à Dolbeau-Mistassini

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Trop de déneigement au noir à Dolbeau-Mistassini
(Photo : Pixabay)

Le déneigement des entrées de cour au noir devient un problème à Dolbeau-Mistassini. Pris à la gorge par l’inflation et le coût du carburant diesel, les entrepreneurs en déneigement ne peuvent tout simplement pas suivre les prix.

« Seulement dans le secteur Mistassini, j’ai compté neuf tracteurs qui ne sont pas enregistrés comme entreprise et il y en a aussi à Dolbeau. Moi, toutes mes cours sont déclarées, je fais ce travail pour mes vieux jours, je ne peux pas prendre de chance », affirme un entrepreneur en déneigement de Dolbeau-Mistassini qui préfère ne pas être identifié.

Celui-ci affirme qu’avec la poussée d’inflation de la dernière année et la flambée des prix du carburant diesel, les entreprises de déneigement n’ont pas d’autres choix que d’ajuster leurs tarifs. C’est sans parler des salaires des conducteurs, qui ont aussi dû être revus à la hausse.

Les travailleurs au noir sont naturellement capables d’offrir beaucoup mieux. Sans l’assurance requise et avec le propriétaire du tracteur au volant, la marge de manœuvre est toute autre.

« Les assurances de déneigeur, ça coûte 2 240 $ pour l’hiver par tracteur. Il y a des cours à 400 $ que je perds au profit de travailleurs au noir qui sont capables de les faire à 175 ou 200 $ pour l’hiver, car ils n’ont pas du tout les mêmes dépenses. »

Ce même entrepreneur dénonce en outre que ces travailleurs au noir font du colportage pour se faire connaître, ce qui est pourtant interdit par la réglementation municipale.

Peu de solutions

Un autre entrepreneur en déneigement à qui nous avons parlé et qui préfère lui aussi conserver l’anonymat concède que le phénomène est bien installé à Dolbeau-Mistassini.

« Le travail au noir, c’est vrai dans tous les domaines, pas juste en déneigement. Pour ma part, ma clientèle est faite depuis des années, mais c’est vrai que c’est un problème. Il faudrait que la Ville oblige d’avoir un permis après 6 ou 7 cours pour faire du déneigement. »

Il ajoute que plusieurs déneigeurs ont décidé de mettre la clé dans la porte alors que le contexte d’affaires est très difficile dans ce milieu. Selon lui, cinq entreprises de déneigement auraient mis fin à leurs activités depuis l’hiver dernier.

« Il va possiblement manquer de déneigeurs cette année à cause de ça. Même si on perd des cours aux mains de ceux qui travaillent au noir, on devrait pouvoir se reprendre. Mais il faudrait que ça cesse. »

Position de la Ville

La Ville de Dolbeau-Mistassini confirme avoir été interpellée à ce sujet et a procédé à des vérifications auprès d’autres administrations municipales afin de vérifier si l’émission de permis de déneigement était une pratique courante. Les villes consultées ne le font pas ou ont cessé de le faire en raison des résultats mitigés.

« Nous travaillons sur différents scénarios pour permettre aux entreprises en déneigement de recevoir des informations privilégiées sur les opérations de déneigement en cours. Si nous sommes en mesure de concrétiser le tout, cela permettrait, sans trop de gestion, d’encourager les entreprises légitimes », a fait savoir la Ville.

 

Partager cet article