Tourisme Dolbeau-Mistassini en mode écoute

Serge Tremblay
Tourisme Dolbeau-Mistassini en mode écoute
Sylvain Gagnon et Jeannot Tremblay, respectivement président et directeur général de Tourisme Dolbeau-Mistassini.

La saison des campings étant terminée, Tourisme Dolbeau-Mistassini se place en mode écoute et souhaite entendre les promoteurs qui ont des idées à faire valoir pour le développement touristique local.

« On veut inviter les gens ou les promoteurs qui ont peut-être vu un projet en voyageant ou encore qui ont des idées pour leur propre entreprise et qui pourraient s’appliquer à Dolbeau-Mistassini. On va leur réserver une plage horaire et écouter ce qu’ils ont à dire », explique Jeannot Tremblay, directeur général de Tourisme Dolbeau-Mistassini.

Pour l’instant, il ne s’agit pas de sélectionner un ou des projets qui seront immédiatement mis en branle, mais plutôt d’identifier des initiatives qui pourraient ressortir du lot dans une planification à plus long terme. Le processus pourrait s’échelonner sur quelques années, le temps de bien faire les choses, prévient Jeannot Tremblay.

« On est au stade de l’écoute et où on doit se faire une tête. Dans les prochaines années, on va tenir des rencontres et prendre des ententes avec le milieu dans le but de dégager une stratégie cohérente de développement. »

Jeannot Tremblay se donne jusqu’au 24 octobre afin de recevoir les promoteurs éventuels.

« Je ne suis pas là pour leur dire : ça, c’est bon, ça, c’est moins bon. Je veux qu’ils se sentent libres de nous parler sans contraintes. »

Mandat

Comme Tourisme Dolbeau-Mistassini a donné un premier tour de roue après une année complète d’opération, le moment est le bon pour ouvrir l’oreille, croit pour sa part le président du conseil d’administration, Sylvain Gagnon.

« Notre mandat est double, c’est d’opérer les campings, oui, mais notre mission première est de faire du développement touristique. Maintenant que l’on est bien structuré et que l’on a démontré que l’on pouvait hausser les revenus des campings tout en diminuant les dépenses, le gros du travail est fait de ce côté. Il faut s’attarder au développement. »

Le moment venu, il est n’est pas exclu pour l’organisation de mettre sur pied un fonds de développement touristique pour soutenir l’émergence de projets ou d’initiatives porteuses.

À cet égard, souligne Sylvain Gagnon, il sera plus facile pour Tourisme Dolbeau-Mistassini d’obtenir l’écoute de la Ville si on présente un solide bilan financier dans la gestion des actifs qui lui sont confiés.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des